Buick Allure - La Buick qui voulait devenir une Lexus

Dans la vie, les parents souhaitent toujours que leurs enfants réussissent mieux qu'eux. En ce sens, les parents de la Buick Allure, la Century et la Regal, ont de quoi être fiers de leur progéniture. Des humbles origines de ces deux voitures inodores et incolores est née une nouvelle berline qui a profité de la protection de l'oncle Bob (Lutz), qui a veillé sur son évolution. Portrait d'une Buick qui veut prendre le marché d'assaut.

D'entrée de jeu, il faut admettre que l'Allure n'est pas une voiture entièrement nouvelle. Elle utilise la même plateforme que ses devancières, les Century et Regal. Mais il s'agit néanmoins d'une refonte en profondeur.

Lexus dans la mire

L'Allure utilise les mêmes épures de suspension que la Century, mais 80 % des composantes ont été modifiées pour procurer une conduite plus ferme. Sur notre modèle d'essai, la version haut de gamme CXS, les barres antiroulis sont de plus grand diamètre et les amortisseurs sont calibrés pour une conduite plus sportive. En deux mots, on veut imiter une voiture de luxe qui a fait sa niche sur le marché américain depuis quelques années: la Lexus ES 330.

C'est à l'intérieur du véhicule que cette affirmation prend tout son sens. Adieu la planche de bord lugubre, le nouvel habitacle respire le travail bien fait. Les matériaux utilisés montrent une qualité trop rarement rencontrée chez GM. La simplicité d'utilisation a aussi droit à des compliments: chaque commande est à sa place et il y a une place pour chaque commande. Espérons que cette voiture va servir d'exemple pour d'autres modèles de la grande famille des produits GM, pour lesquels l'ergonomie est une notion abstraite.

Là où il y a encore du travail à faire, c'est au chapitre du style. Si l'avant de la voiture inspire avec ses phares et sa calandre au regard sympathique qui rappelle la Jaguar X-Type, le profil et surtout l'arrière ont quelque chose d'ordinaire, de déjà vu. Je veux bien admettre qu'il ne faut pas faire peur à la clientèle conservatrice, mais pour changer l'image d'un produit vieillissant, on peut faire plus; Cadillac est le plus bel exemple.

Et parlant de vieillissement, que dire de la motorisation de base, soit le sempiternel V6 de 3,8 litres, qui est sans doute le plus vieux moteur encore en service dans l'industrie automobile. Utilisé pour la première fois sous le capot de la Buick Riviera en 1963, ce V6 est quasi indestructible et ses 200 chevaux font un bon boulot, mais il serait plus que temps de lui trouver un successeur. Un premier pas à été fait avec la version CXS, qui reçoit un V6 de 3,6 litres, bon pour 240 chevaux. Souple et très discrète, cette motorisation est toutefois jumelée à une boîte automatique à quatre rapports, alors que la norme dans cette catégorie est désormais de cinq.

Bonne routière

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Buick ne nous a pas habitués à des voitures qui tiennent la route, et la nouvelle Allure CXS fait exception à cette règle. Sa tenue de route procure une conduite confortable, même sur des routes en mauvais état. Buick ne s'attend sûrement pas à voir les propriétaires d'Allure attaquer une route sinueuse à fond la caisse; mais si l'envie s'en manifestait, ils seraient surpris d'apprendre que, probablement pour la première fois de son histoire, Buick possède un véhicule qui peut réussir l'exploit sans trop d'efforts.

Je vous conseille toutefois la version CXS, car la suspension des autres versions va rapidement montrer ses limites à la moindre courbe prononcée. Son terrain de prédilection demeure néanmoins l'autoroute. L'insonorisation est, par ailleurs, remarquable et la direction s'est beaucoup améliorée: ce n'est pas encore une BMW, mais ça vaut bien des japonaises.

Des omissions

En terminant, il y a quelques omissions dignes de mention qui font en sorte que l'Allure ne peut pas encore véritablement se voir apposer l'étiquette de voiture de luxe au même titre que Lexus, Acura ou Infiniti:

- Les freins ABS se retrouvent sur la liste des options pour la version CX. Une voiture prétendument berline de luxe se doit d'offrir l'ABS et la traction asservie de série, peu importe la version.

- La transmission automatique à 4 rapports devrait en compter un de plus.

- Des sièges offrant une plus grande possibilité d'ajustement, spécialement pour le dos. Un lecteur CD avec chargeur serait aussi apprécié.

Conclusion

Somme toute, l'Allure demeure une Buick et elle se classe dans la même catégorie qu'une Honda Accord V6 ou une Toyota Camry V6, avec un peu plus d'espace en prime. Il devra y avoir encore quelques améliorations pour arriver dans la cour des berlines de luxe. Cela dit, cette Allure marque un grand pas en avant pour Buick si on la compare aux Century et Regal qui l'ont précédée. Chose certaine, elles peuvent être fières de leur descendante.

FICHE TECHNIQUE

CX-CXL

- Moteurs: V8, 3, 8 L

- Puissance: 200

- 0-100 km/h 9,4 sec

- Vitesse maximale: 190 km/h

- Consommation: 11,2 L au 100 km

- Prix de base: 25 200 $ (CX)

CXS

- Moteurs: LV6, 3, 6 L

- Puissance: 240

- 0-100 km/h 8,4 sec

- Vitesse maximale: 210 km/h

- Consommation: 12,3 L au 100 km

- Prix de base: 33 265 $ (CXS)