Un classique du printemps

Source: Marquis Bradette 
Les harmonies primaires de Victoriaville, en concert en 2002.
Photo: Source: Marquis Bradette Les harmonies primaires de Victoriaville, en concert en 2002.

Plus d'un millier de jeunes virtuoses sont attendus à Victoriaville ce week-end pour le cinquième Concours solistes et petits ensembles. Ils viennent célébrer leur passion pour la musique, accompagnés de leurs proches et soutenus par un public toujours plus nombreux.

Des airs classiques et des rythmes jazzés résonneront dans tout Victoriaville cette fin de semaine, alors que 1700 musiciens venus des quatre coins du Québec prendront d'assaut le site du Concours solistes et petits ensembles 2005, instruments en mains et papillons dans le ventre, pour livrer une performance musicale devant juges et public.

Les participants, âgés pour la plupart entre 10 et 18 ans, planchent sur ces auditions depuis des mois. Cette année, le rendez-vous est fixé à l'école secondaire Le Tandem boisé de Victoriaville, où les jeunes auront l'occasion de montrer de quoi ils sont capables. «Le but est de donner l'occasion aux jeunes de se mesurer à eux-mêmes, de se dépasser et de se perfectionner grâce aux commentaires des juges», dit Luc Baillargeon, vice-président exécutif du concours.

«Nous voulons développer la musique des harmonies du Québec et créer un lieu où les jeunes peuvent venir se rejoindre pour un week-end de perfectionnement», ajoute Josée Crête, présidente du concours et présidente de la Fédération des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ).

Le concours a vu le jour en 2001 pour donner une plus grande place aux talents des solistes, des ensembles de musique de chambre et des combos jazz québécois, trop à l'étroit qu'ils étaient dans la vaste programmation du Festival des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec.

Beaucoup de jeunes virtuoses participent à cette activité pour repartir la tête remplie des précieux conseils de professionnels du milieu. Valérie Cormier, 15 ans, présente cette année un numéro de percussion tout droit sorti de son imaginaire et qui marie swing, jazz et funk. «J'ai hâte de voir la réaction des juges. Les commentaires vont me permettre de corriger mes erreurs», dit-elle.

Les musiciens qui cumulent le plus de points méritent notamment des bourses de perfectionnement leur permettant de pratiquer intensivement leur art dans un camp musical d'été.

Mais, de l'aveu de plusieurs jeunes, c'est d'abord pour s'exprimer et relever un défi qu'ils se lancent dans cette expérience. «J'ai mis mes émotions et ma manière de m'exprimer dans cette pièce», poursuit Valérie Cormier.

«C'est valorisant de réaliser une belle performance. Si tu réussis, c'est grâce à toi, et quand tu manques ton coup, tu te reprends l'année suivante», dit Joanie D. Tremblay, qui pratique le saxophone.

Luanne Homzy, 18 ans, violoniste et gagnante des deux dernières éditions du concours, partage cet avis. «Avec la musique, on peut exprimer des émotions qu'on ne peut pas dire avec les mots. C'est un art temporel où l'on peut passer du triste au joyeux en quelques secondes», souligne-t-elle.

Le grand public est invité à venir se divertir au son des accords de Mozart, Bach, Haendel et plusieurs autres compositeurs. Pour l'occasion, l'école secondaire est littéralement transformée en temple de la musique. Près de 850 auditions se déroulent sur deux jours, se chevauchant sans relâche dans onze salles. Le public est libre de se promener d'une classe à l'autre, revisitant des mélodies connues et découvrant des compositions originales.

Les festivités débutent dès ce soir avec, en concert d'ouverture, l'ensemble de percussion de l'Université de Sherbrooke. Demain, en fin de journée, les Ligues d'improvisation musicale de Québec et de Montréal s'affronteront, au grand plaisir des spectateurs.

L'année dernière, 15 000 spectateurs se sont joints à cette euphorie musicale. Cette année, le comité organisateur en attend encore davantage. Pour Luc Baillargeon, le secret repose sur l'ambiance festive de l'événement. «C'est fascinant de voir le soutien des jeunes entre eux. Le spectateur averti sent et apprécie cette complicité. Et puis, le public est souvent impressionné par la qualité musicale des pièces.»

- Concours solistes et petits ensembles 2005: www.concourssolistes.com.