Le pape et les jeunes

Dès le début de sa vie de prêtre, Karol Wojtyla a démontré une attention particulière envers les jeunes. Il les considère comme «l'avenir du monde, l'espérance de l'Église». Wojtyla les amenait en montagne, en kayak, organisait des chorales, les confessait.

Cet attachement s'est naturellement poursuivi durant son pontificat. Et malgré la désaffection réelle des jeunes envers l'Église, le pape a pris le risque d'organiser de grands rassemblements essentiellement réservés à la jeunesse. Des «happenings» qui auront finalement marqué son règne.

C'est dans ce contexte qu'il décide en 1984 d'organiser un premier grand rassemblement à Rome. Les sceptiques sont nombreux, on appréhende un désintérêt général. Finalement, plus d'un quart de million d'entre eux se présentent à l'événement. L'année suivante, ils sont 300 000.

Fort de ce succès, le pape crée alors le concept des Journées mondiales de la jeunesse. Le succès ira grandissant: 300 000 personnes en Argentine en 1987, puis 600 000 en Espagne en 1989. L'ampleur du rassemblement pousse les médias à parler de «Woodstock catholique». Deux ans plus tard, ils sont un million en Pologne, 500 000 à Denver en 1993, et plus de quatre millions à Manille en 1995 (record absolu pour une messe du pape). Paris (un million de jeunes en 1997), Rome et Toronto auront aussi leur édition.