Des meubles riches et célèbres

Dans le Vieux-Montréal, juste devant ou derrière l'hôtel Saint James, niche une nouvelle galerie, Esthète. Comment des meubles triés selon les coups de coeur de la propriétaire se retrouvent en exclusivité dans un lieu paisible.

Quand on pénètre dans la Galerie Esthète, on ne sait pas à quel meuble se vouer. Il y en a pour tous les goûts: délires anciens avec facture minimaliste ou courbes épurées sur base solide.

De l'italien, de l'allemand, du belge et du français. Et des noms: Armani, Cor, Starck, Arman, Van der Straeten, Baccarat, Bulgari... Ici, on ne fait pas dans la demi-mesure.

Ouverte depuis à peine un an, la Galerie Esthète est le rêve d'un couple, Sonia et Sami Chaouch. Origines tunisiennes et parcours à travers le monde, selon les envies et les besoins du moment: Égypte, Sénégal, Arabie Saoudite, Oman, Suisse et... Montréal.

Ce qu'on y trouve? Beaux objets, belles choses, coups de coeur, flammes de l'esprit et attachement aux sentinelles de la mémoire, joyaux boisés ou sculptés, exclusivités signées, goût et saveur du privilège, meubles au-dessus de tout soupçon de paupérisation.

Ce qui apparaît dans la boutique, ce sont les coups de coeur de Sonia. D'études de médecine en décorations intérieures pour elle et ses amis, la passion est venue en décorant, en découvrant, en recherchant... une sorte de chinage de meubles riches et célèbres.

Sonia défend la rigueur et la pureté allemandes, la vista italienne, l'art de la patine française. Elle sublime un guéridon de Van der Straeten qui joue dans le bronze et l'ivoire ou envoie son index vers une chaise Arman qui a comme dossier un violon.

Une trentaine de chaises toutes travaillées, elles, sont désormais à l'hôtel Saint James, dernier palace en date du quartier. Le même hôtel fait aussi office de salle d'exposition pour un des trois lustres disponibles en Amérique du Nord et signés Philippe Starck. Le lustre Noir a été accroché dans le restaurant de l'hôtel en début de semaine. Pour en acheter un autre, ce sera bien sûr sur commande.

En ce qui concerne les meubles signés Armani, c'est Giorgio qui est venu à Esthète et non le contraire. Flairant le repaire idéal pour une certaine idée du luxe sur canapé et chambre à coucher, il s'est fait décerner un tiers du magasin, partageant la visite du lieu avec d'autres designers prestigieux.

S'il y a un peu de Tunisie dans la galerie, il faut aller le chercher du côté de l'argenterie, là où chandeliers, plateaux de service, seaux à champagne et accessoires prêts pour des listes de mariage sont présentés ici mais fabriqués et ciselés au Maghreb. À venir dans ce registre: Philippe Dagenais y présentera sa propre gamme, dédiée à Esthète.

La clientèle de la galerie se compose à l'heure actuelle de Yankees au portefeuille sublimé ou d'Européens qui voudraient faire des économies. Car les coups de coeur de Sonia ont un prix.

Nous remarquions une table italienne qui paraissait drôle, stylisée, toutefois solide et par conséquent unique... Un peu plus de 40 000 $, lança la belle.

Mais... mais... mais... tout est négociable.

C'est ainsi que j'ai révisé le nom de mes designers préférés et leur symbolique à faire de l'exclusif, du beau, du bon et du forcément très cher. Je me suis même rappelé une phrase d'un prof d'histoire qui disait que Dieu avait créé les riches pour donner aux pauvres le paradis du spectacle.

Dans le corps de fenêtre qui éclairait le sous-sol d'exposition, la chaise violon d'Arman s'est mise à danser. Sonia a souri. La mélodie résonnait entre les meubles.

Galerie Esthète

701, rue Saint-Pierre

Montréal

(514) 849-6969

Télécopieur: (514) 849-7227

www.esthete.ca