Mercier-Hochelaga-Maisonneuve en quelques lignes

- Les limites. Les 23 km2 de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve sont délimités par l'arrondissement Ville-Marie à l'ouest et par l'arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles-Montréal-Est à l'est. Au nord, on trouve les arrondissements Rosemont-Petite-Patrie, Saint-Léonard et Anjou; au sud, c'est le fleuve Saint-Laurent.

- Population. En 1996, on comptait 125 519 résidants dans l'arrondissement, mais on observe depuis 1991 une baisse de population de 3,9 %, un phénomène attribué en partie à l'exode des jeunes car on estime qu'environ 16 % d'entre eux, âgés entre 20 et 34 ans, ont quitté le quartier. Une famille sur quatre y est monoparentale et ce taux grimpe à 34 % dans le district d'Hochelaga.

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve est le plus francophone des arrondissements de Montréal: le français est la langue employée dans 88 % des foyers. La population immigrante, seulement 11 % des résidants, tend à augmenter avec la hausse du prix des loyers au centre-ville.

Dans l'arrondissement, 17 % de la population dépend de la sécurité du revenu et le taux de chômage est évalué à 13,6 %. Malgré les problèmes de pauvreté, Hochelaga-Maisonneuve est un quartier tricoté serré et, dans l'ensemble de l'arrondissement, on compte plus de 500 organismes communautaires.

- Économie. L'héritage de l'ancienne ville de Maisonneuve, qui se hissait au cinquième rang des villes les plus industrialisées au Canada au tournant du siècle dernier, a laissé des traces. Autrefois tournée vers le textile, la métallurgie, l'alimentation et le tabac, l'activité industrielle s'enrichit aujourd'hui d'entreprises consacrées aux secteurs de la nouvelle économie tels que les technologies de l'information et le multimédia.

Si dans Hochelaga-Maisonneuve les industries cohabitent avec le résidentiel, dans Mercier elles sont regroupées dans des ensembles plus vastes et localisés. De nombreux terrains disponibles pour le développement présentent des problèmes majeurs de contamination.

- Loisirs et activités culturelles. Outre le Parc olympique, l'arrondissement peut compter sur de nombreuses infrastructures récréoculturelles, qu'il s'agisse du complexe Charbonneau-Richard, de l'aréna Maurice-Richard, des quatre bibliothèques très fréquentées, du théâtre Denise-Pelletier ou des deux maisons de la culture.

Mais ce qui caractérise Hochelaga-Maisonneuve, c'est l'esprit d'initiative et l'imagination fertile de plusieurs amoureux de la culture qui ont donné naissance à des événements majeurs. Parmi eux, Coup de coeur francophone, un événement consacré à la chanson d'expression française qui fête cette année son 16e anniversaire et qui compte aujourd'hui des ramifications dans une quinzaine de villes canadiennes. À ce doyen s'ajoutent la Grande rencontre de danse et de musique traditionnelle au marché Maisonneuve (née il y a 10 ans), Espaces_émergents, un chantier d'expérimentation pour les artistes de la relève, les Francouvertes et Orgue et couleurs, un festival international consacré à ce noble instrument et qui se déroule principalement depuis quatre ans dans l'enceinte de l'église Saint-Nom-de-Jésus, où l'on trouve un orgue Casavant de grande valeur.