Début du projet-pilote SILVER pour retrouver des aînés avec des troubles neurocognitifs

Dans le cadre du projet-pilote SILVER, des notifications d’alerte intrusives bilingues seront acheminées par la SQ à tous les appareils cellulaires se situant dans la région géographique spécifique où la personne sera portée disparue.
Sean Kilpatrick La Presse canadienne Dans le cadre du projet-pilote SILVER, des notifications d’alerte intrusives bilingues seront acheminées par la SQ à tous les appareils cellulaires se situant dans la région géographique spécifique où la personne sera portée disparue.

C’est ce lundi 23 janvier que le projet-pilote SILVER (Système d’information pour localiser les personnes vulnérables égarées et recherchées) entre en vigueur dans trois MRC du Québec, à savoir celles de Joliette, de La Vallée-de-l’Or et de Drummond.

Le projet-pilote sera en vigueur pour une durée d’un an et vise à retrouver plus rapidement les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif majeur, comme la maladie d’Alzheimer, portées disparues.

Ces alertes, lorsqu’elles respecteront certains critères de déclenchement déterminés par le corps policier, visent aussi les aînés de 60 ans et plus qui présentent des symptômes d’un trouble neurocognitif, sans nécessairement en avoir reçu un diagnostic.

Le projet-pilote devait initialement être lancé en septembre dernier, mais un événement de force majeur a repoussé son entrée en vigueur, explique Catherine Bernard, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

 

« On fait référence à l’événement du 2 septembre dernier, où une alerte intrusive qui devait initialement être envoyée dans un rayon de 50 kilomètres à Saint-Elzéar, en Gaspésie, a finalement été diffusée à l’échelle provinciale, explique la sergente. Cette alerte concernait la présence d’un homme armé et dangereux recherché par la SQ, et il a été décidé de repousser de quelques semaines le déploiement du projet-pilote. »

Dans le cadre de ce projet-pilote, des notifications d’alerte intrusives bilingues seront acheminées par la SQ à tous les appareils cellulaires se situant dans la région géographique spécifique où la personne sera portée disparue.

Les informations plus détaillées concernant l’individu recherché seront aussi disponibles sur les plateformes de médias sociaux de la Sûreté du Québec.

En vertu de données fournies par la SQ et le ministère de la Sécurité publique, 27 alertes intrusives ont été lancées depuis 2015 dans la province. Du nombre, huit ont été émises dans des régions localisées, dont cinq alertes AMBER, une alerte d’animal dangereux, une alerte de débordement de barrage et une alerte test à Montréal.

De plus, 19 alertes ont été lancées à l’échelle du Québec : parmi celles-ci, dix étaient des tests bisannuels. Trois alertes concernaient le couvre-feu émis pour des raisons sanitaires et sept alertes étaient de nature AMBER, c’est-à-dire en lien avec la disparition d’un enfant.

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière de la Bourse de Meta et de La Presse canadienne pour les nouvelles.

À voir en vidéo