Le Canada atteint sa cible d’immigration francophone hors Québec pour la première fois

La cible de 4,4 % d’immigrants parlant français hors de la Belle Province a été établie en 2003 par Ottawa, mais n’avait jamais été atteinte avant 2022.
Darryl Dyck La Presse canadienne La cible de 4,4 % d’immigrants parlant français hors de la Belle Province a été établie en 2003 par Ottawa, mais n’avait jamais été atteinte avant 2022.

En 2022, le Canada a atteint pour la première fois la cible de 4,4 % d’immigrants francophones hors Québec fixée il y a près de 20 ans. D’après le gouvernement fédéral, 16 300 nouveaux immigrants d’expression française — soit ceux dont le français est la première langue officielle — se sont installés à l’extérieur de la Belle Province.

La cible, qui correspondait au poids démographique de la population francophone à l’extérieur du Québec en 2001, a été établie en 2003 par Ottawa. Elle n’avait toutefois jamais été atteinte avant 2022. Un rapport du commissaire aux langues officielles publié en 2021 révélait que le pays accusait un manque à gagner de près de 76 000 résidents permanents de langue française à l’extérieur du Québec entre 2008 et 2020 puisqu’Ottawa n’avait pas atteint sa cible. La proportion de Canadiens francophones est d’ailleurs passée de 22,2 % à 21,4 % entre 2016 et 2021.

Le Canada n’a jamais accueilli autant d’immigrants francophones hors Québec. Le nombre d’admissions de résidents d’expression française à l’extérieur du Québec a augmenté de 3 points de pourcentage entre 2006 et 2022. Au cours des cinq dernières années, le nombre d’immigrants francophones a connu un accroissement de 42 470 résidents permanents. « Nous démontrons que l’immigration francophone est au coeur des valeurs qui font du Canada un pays riche », a commenté le ministre de l’Immigration, Sean Fraser.

« Il y a eu beaucoup de problèmes dans l’histoire du Canada avec l’immigration francophone, mais c’est un nouveau chapitre », a souligné le ministre Fraser, qui s’est félicité d’avoir atteint la cible vieille de 20 ans un an avant la date prévue par la dernière Stratégie en matière d’immigration francophone.

Une cible plus élevée ?

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada — un organisme représentant les intérêts des francophones au pays — accueille positivement l’atteinte de la cible, mais demande que celle-ci soit revue à la hausse. En avril 2022, la FCFA a proposé une cible progressive débutant à 12 % d’immigrants francophones en 2024, pour atteindre 20 % en 2036. Selon la fédération, cette cible permettrait aux francophones hors Québec de retrouver le poids démographique de 4,4 % en 2036. Il se chiffrait à 3,5 % en 2021.

La FCFA n’était pas seule à souhaiter une cible plus élevée. En 2010, le Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, dans le cadre d’une étude sur l’enjeu, soutenait que la cible était dépassée et ne permettrait pas de « maintenir l’équilibre linguistique à l’extérieur du Québec », relève une étude du Commissariat aux langues officielles.

La réussite du Canada en 2022 n’est qu’une « première étape », a déclaré lundi le vice-président de la FCFA, Yves-Gérard Méhou-Loko. « On a atteint le camp de base et, maintenant, nous sommes prêts à viser le sommet, en nous donnant une nouvelle cible plus élevée qui permettra de rétablir le poids démographique des communautés francophones et acadiennes », a-t-il dit lors d’une conférence de presse qui avait lieu dans une école secondaire de Sturgeon Falls, dans le nord de l’Ontario.

L’atteinte de la cible de 4,4 % représentait l’un des trois objectifs de la Stratégie en matière d’immigration francophone, qui faisait partie du Plan d’action pour les langues officielles – 2018-2023. La stratégie avait aussi pour objectif d’appuyer la réussite de l’intégration et de la rétention des nouveaux arrivants d’expression française, ainsi que de renforcer les capacités des communautés francophones.

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.



À voir en vidéo