Le spectacle du Nouvel An dans le Vieux-Port de Montréal est annulé

Des spectateurs contemplant les feux d’artifice au-dessus du Vieux-Port de Montréal lors des célébrations du Nouvel An, en 2018
Graham Hughes La Presse canadienne Des spectateurs contemplant les feux d’artifice au-dessus du Vieux-Port de Montréal lors des célébrations du Nouvel An, en 2018

Aux prises avec un financement qui stagne, au moment où l’inflation fait gonfler ses coûts de production et de main-d’oeuvre, l’organisme responsable du spectacle du Nouvel An dans le Vieux-Port de Montréal n’a d’autre choix que d’annuler cette année la 10e édition de Montréal en Fêtes.

« Ce que je peux dire, c’est qu’il y a des financements qui stagnent depuis des années, dont celui de la Ville, qui n’a pas augmenté depuis l’arrivée au pouvoir de Valérie Plante [en novembre 2017], bien que l’événement ait pris de l’ampleur dans les dernières années », a soulevé mardi en entrevue au Devoir le vice-président du conseil d’administration de Montréal en Fêtes, Martin Durocher.

Créé en 2013, l’événement annuel assure la tenue pendant le mois de décembre de différentes activités ludiques dans des places publiques aménagées au coeur de Montréal, qui culminent le 31 décembre avec le spectacle du Nouvel An et les traditionnels feux d’artifice dans le Vieux-Port de Montréal. Ces activités gratuites attirent environ 200 000 festivaliers par année, ce qui génère « d’importantes retombées économiques et touristiques pour la ville et ses commerçants », a relevé Montréal en Fêtes dans un communiqué diffusé mardi.

Cette année, cependant, les organisateurs se sont butés à des défis financiers importants. Dans le contexte inflationniste et de pénurie de main-d’oeuvre que traverse le Québec, ils n’ont pas obtenu une augmentation du financement de l’événement à la hauteur de leurs demandes auprès des trois ordres de gouvernement, a indiqué M. Durocher. « On a été renouvelés pour les subventions grosso modo au même niveau que l’an dernier. »

Après avoir analysé le financement obtenu et les coûts de production de l’événement cette année, les organisateurs ont ainsi constaté qu’ils leur manquaient environ 1,8 million de dollars pour boucler leur budget, confie le cofondateur de Montréal en Fêtes. Après avoir d’abord étudié la possibilité de rendre l’événement payant, l’organisme a finalement décidé d’annoncer l’annulation des festivités, tout en conservant l’espoir d’avoir les moyens de se reprendre l’an prochain, si le financement est au rendez-vous.

« Les organisateurs ont décidé de prendre une pause afin de discuter avec leurs partenaires, revoir la structure de financement de l’événement et repenser son modèle économique pour le futur », relève d’ailleurs le communiqué de Montréal en Fêtes. L’organisme souhaite ainsi s’assurer que la gratuité des activités « survive » à long terme. « On a du travail à faire, au public et au privé », pour augmenter notre financement, a ajouté M. Durocher.

Le cabinet de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’avait pas réagi au moment où ces lignes étaient écrites.

À voir en vidéo