Elon Musk promet des implants connectés dans le cerveau humain d’ici six mois

Non, il ne s’agit pas de la prémisse d’un épisode de Black Mirror : d’ici six mois, il devrait être possible de se faire implanter un appareil connecté dans le cerveau pour communiquer avec les ordinateurs directement par la pensée. C’est du moins ce qu’a prédit mercredi Elon Musk, dont la jeune pousse Neuralink travaille sur le projet.

« Nous voulons évidemment être très prudents et être sûrs que ça marchera bien, mais nous avons remis tous nos documents à la FDA [l’agence responsable de la santé publique aux États-Unis] et nous pensons que d’ici six mois, nous serons capables d’avoir notre premier implant dans un humain », a indiqué le patron de Tesla et de SpaceX lors d’une présentation sur les progrès de Neuralink.

« Nous sommes désormais persuadés que l’appareil de Neuralink est prêt pour les humains, donc le calendrier dépend du processus d’approbation de la FDA », a-t-il ensuite précisé sur Twitter, le réseau social qu’il a racheté il y a un mois.

Le milliardaire est un habitué des prédictions hasardeuses, notamment au sujet de l’autonomie des voitures électriques Tesla. En juillet 2019, il avait estimé que Neuralink pourrait réaliser ses premiers tests sur des individus en 2020.

Photo: Neuralink Agence France-Presse Pour l’instant, les prototypes de la taille d’une pièce de monnaie n’ont été implantés que dans le crâne d’animaux.

Or, pour l’instant, les prototypes de la taille d’une pièce de monnaie n’ont été implantés que dans le crâne d’animaux.

Plusieurs singes sont ainsi capables de « jouer » à des jeux vidéo ou de « taper » des mots sur un écran, simplement en suivant des yeux le mouvement du curseur à l’écran.

Garder de l’avance sur l’IA

Elon Musk et les ingénieurs de Neuralink ont aussi fait le point mercredi sur les dernières avancées de l’entreprise dans la mise au point du robot-chirurgien et le développement d’autres implants, logés dans la moelle épinière ou les yeux, qui rendraient la mobilité ou la vision.

Au-delà du potentiel pour traiter les maladies neurologiques, l’objectif d’Elon Musk est de s’assurer que les humains ne soient pas dépassés intellectuellement par les systèmes d’intelligence artificielle.

D’autres entreprises travaillent sur le contrôle des ordinateurs par la pensée, comme Synchron, qui a annoncé en juillet avoir implanté la première interface cerveau-machine aux États-Unis.

Ces derniers mois, Elon Musk a exhorté ses employés à travailler plus vite. « Nous serons tous morts avant que quoi que ce soit d’utile ne se produise », a-t-il dit à l’équipe de Neuralink lors d’une réunion, d’après l’agence Bloomberg.

Musk a récemment licencié plus de la moitié du personnel de Twitter, ainsi que des cadres du réseau social qui avaient exprimé des opinions contraires aux siennes en public. Il avait demandé aux salariés restants de s’engager à travailler de façon « extrêmement intense ».

La conférence annuelle de Neuralink sert aussi à susciter les intérêts professionnels pour recruter différents spécialistes.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo