Les Alouettes s’inclinent face aux Argonauts et ratent la Coupe Grey

Même si la formation de Danny Maciocia a dominé les deux derniers quarts 24-10 au pointage, les largesses en défense lors de la première demie se seront avérées trop coûteuses au bout du compte.
Mark Blinch La Presse canadienne Même si la formation de Danny Maciocia a dominé les deux derniers quarts 24-10 au pointage, les largesses en défense lors de la première demie se seront avérées trop coûteuses au bout du compte.

Les Alouettes ont connu un match en deux temps, avec une très bonne deuxième demie. Mais au bout du compte, la formation montréalaise est arrivée à court, s’inclinant 34-27 devant les Argonauts de Toronto, qui représenteront l’Est à la finale de la Coupe Grey la semaine prochaine.

Même si la formation de Danny Maciocia a dominé les deux derniers quarts 24-10 au pointage, les largesses en défense lors de la première demie se seront finalement avérées trop coûteuses.

 

« Ce n’est pas seulement le quatrième quart. Je pense que cette séquence résume tout le match, a signalé celui qui a dirigé son dernier match à la tête des Alouettes. Ils ont réussi des jeux, mais nous n’avons pas été capables d’exécuter notre défense. On n’arrivait pas à les arrêter. »

« En deuxième demie, je croyais qu’avec un revirement, ou si nous avions pu les arrêter à quelques reprises, vu la façon dont notre attaque fonctionnait, je croyais qu’on aurait pu aller chercher quelques points de plus pour faire la différence. »

Les troupiers de Noel Thorpe ont particulièrement mal paru sur le troisième touché du match des Argos, qui portait la marque à 21-3 en faveur des locaux.

Posté à la ligne de 46 des Montréalais pour un deuxième essai et une verge, le quart substitut Chad Kelly, habituellement utilisé pour des faufilades, a plutôt décidé de passer le ballon à DaVarius Daniels, laissé fin seul du côté gauche par la défense des Alouettes. Un jeu gênant à ce stade-ci de la saison. Daniels a facilement franchi le reste du terrain pour inscrire le majeur.

« Nous avions perdu [Wesley Sutton] quelques jeux auparavant, et le personnel en place n’a pas bien couvert le receveur », a dit Maciocia pour expliquer cette bourde.

Les Argonauts n’ont eu besoin que de cinq jeux pour franchir 82 verges sur cette séquence, qui illustre bien la première demie des Alouettes, qui avaient aussi concédé des touchés à Andrew Harris et A.J. Ouellette avant celui de Daniels.

Les Alouettes ont sauvé les meubles en marquant 10 points sur leurs deux séquences suivantes, dont le touché sur un jeu de 36 verges de Tyson Philpot — meilleur élément des Alouettes avec Trevor Harris dans ce match — pour que les visiteurs ne rentrent au vestiaire qu’avec un retard de 11 points. Des broutilles dans la Ligue canadienne.

L’attaque des Alouettes a d’ailleurs relancé le débat dès la première possession du troisième quart, alors que William Stanback, tranquille jusque-là, a porté le ballon pour 52 verges pour rapprocher les siens à trois points après la transformation de deux points réussie avec succès.

« Je pensais que nous pourrions revenir dans ce match, a dit Maciocia. Nous avons d’ailleurs marqué dès le retour de la pause. Mais nous avions besoin de les contrer, de les stopper. Nous n’avons pas pu le faire. »

Après que Boris Bede et David Côté se furent échangé des placements, McLeod Bethel-Thompson a porté le coup de grâce aux Alouettes en rejoignant Kurleigh Gittens fils sur un jeu de 31 verges pour le quatrième touché des locaux, redonnant une priorité de 10 points aux Argos.

 

Côté a réussi son quatrième placement de la rencontre pour ramener les Alouettes à un touché, mais la défense a été incapable de stopper l’attaque des Argos.

« Ça résume un peu notre saison, avec des hauts et des bas, a expliqué Maciocia au sujet de la rencontre. Je sentais qu’on allait pouvoir s’en sortir, réussir quelques jeux de plus en deuxième demie. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Il faut leur donner le crédit : c’est une équipe bien dirigée, et elle nous a battus. »

À voir en vidéo