Le Cirque du Soleil ne sera pas de retour à la Place de l’Ontario en 2023

Des réparations doivent notamment être effectuées sur la Cinésphère, une structure presque identique à la Biosphère.
Chris Young La Presse canadienne Des réparations doivent notamment être effectuées sur la Cinésphère, une structure presque identique à la Biosphère.

Le Cirque du Soleil ne sera pas de retour le printemps prochain à la Place de l’Ontario, un espace torontois semblable au parc Jean-Drapeau de Montréal, en raison des travaux qui y ont lieu. Le groupe canadien y avait planté son chapiteau cette année dans le cadre de la tournée du spectacle Kurios et espérait conclure une entente pour occuper le site à long terme.

La province, qui est propriétaire de cet espace situé sur les berges du lac Ontario, a entrepris de le revitaliser ces dernières années. Le parc d’attractions qui s’y dressait a été fermé et démantelé en 2012, quarante ans après son ouverture, par le gouvernement libéral de l’époque. Lors de son arrivée au pouvoir, en 2018, le gouvernement conservateur de Doug Ford a voulu donner un nouveau visage au site. Trois entreprises ont finalement été choisies pour occuper le parc de façon permanente ; l’une d’entre elles — la compagnie québécoise Écorécréo — s’est finalement désistée.

Le site ne pourra par contre pas accueillir le Cirque du Soleil en 2023. Les réparations devant être effectuées sur la Cinésphère — une structure presque identique à la Biosphère —, les pavillons et les ponts de l’endroit « font en sorte qu’il n’est pas possible de maintenir des opérations de [cette] taille sur le site », a fait savoir le porte-parole de la ministre ontarienne de l’Infrastructure Kinga Surma, Andrea B. Chiappetta.

L’entreprise fondée par le Québécois Guy Laliberté a appris la nouvelle au début du mois d’octobre et est donc maintenant à la recherche d’un nouveau domicile torontois. Elle a fait appel à la firme TACT pour l’aider dans ses efforts. Le 14 octobre dernier, l’entreprise montréalaise de relations publiques a inscrit une activité de lobbyisme au registre de la Ville de Toronto afin d’ « explorer différents sites pour des spectacles à l’avenir ». « Nous espérons pouvoir faire une annonce officielle bientôt, dès que le tout sera réglé », a affirmé une porte-parole du Cirque du Soleil, Caroline Couillard.

Flou sur les plans à long terme

En entrevue au Devoir en novembre 2021, l’ancien président du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, avait confirmé sa volonté de signer une entente à long terme avec la province sur l’utilisation de la Place de l’Ontario. À l’époque, l’entreprise avait également embauché un lobbyiste de la firme TACT afin de faire valoir ses intentions auprès du gouvernement Ford. Une telle entente, disait toutefois M. Lamarre, n’était pas possible « tant et aussi longtemps que le plan d’aménagement du site ne serait pas confirmé ».

Des consultations publiques sont en cours pour déterminer l’avenir du site de 63 hectares (155 acres), et la plus récente a eu lieu le 27 octobre dernier. Le Cirque du Soleil n’a pas non plus confirmé qu’il songeait toujours à s’y installer à long terme.

« Nous ne pouvons commenter les usages futurs de la Place de l’Ontario en raison de la revitalisation », a affirmé de son côté le porte-parole de la ministre de l’Infrastructure.

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo