Québec dévoile une plaque en hommage aux victimes de l’attaque à l’épée

Claude Duchesne, le frère de François Duchesne qui a été sauvagement assassiné, lors d’une cérémonie dans la capitale nationale, le 3 novembre 2020
Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Claude Duchesne, le frère de François Duchesne qui a été sauvagement assassiné, lors d’une cérémonie dans la capitale nationale, le 3 novembre 2020

Le soleil d’automne étincelait, lundi, au-dessus d’un chapitre noir de l’histoire récente de Québec. Il y a deux ans, un homme tuait deux personnes et en blessait cinq autres dans une attaque au sabre qui demeure, encore aujourd’hui, insensée pour les familles des disparus.

Proches, élus et simples passants ont assisté, en matinée, au dévoilement intime d’une plaque commémorative en hommage aux victimes dans la capitale nationale. « Suzanne Clermont, François Duchesne. Leur mémoire est pour toujours gravée dans le coeur de notre cité », rappelle le mémorial inauguré à la place d’Armes.

C’est dans ce square, un des plus beaux de Québec, avec l’immensité du château Frontenac d’un côté et les vieilles pierres de la rue Sainte-Anne de l’autre, que François Duchesne a trouvé la mort le 31 octobre 2020, sauvagement attaqué par Carl Girouard. Dans sa cavale, l’assaillant a aussi blessé cinq autres personnes, en plus de tuer Suzanne Clermont et de meurtrir la quiétude de toute une ville.

« La plaque n’enlèvera pas la douleur, a souligné le maire de Québec, Bruno Marchand. Elle n’enlèvera pas non plus la tristesse et la colère associées à la tragédie […] Mais elle nous rappellera la solidarité, celle qui donne un sens à nos vies, celle qui donne un sens à notre ville. » Les chaussures de sport du maire, pour l’occasion, étaient noires, bien loin de leur extravagance colorée habituelle.

« Notre monde s’est écroulé ici »

Une des soeurs de M. Duchesne a également pris la parole au micro. « François était bien plus qu’un frère pour moi. François était le plus formidable des frères », a dit Marie-Josée Duchesne. Elle a honoré la mémoire d’un « oncle attentionné » et d’un « fils exceptionnel », sensible à l’art et aux autres.

« Il y a deux ans, notre monde s’est écroulé ici », a poursuivi Mme Duchesne. Le temps et les années passent, mais la douleur et l’absence, elles, demeurent vives pour les proches. « Je pense à lui tous les jours. C’est avec lui que j’aurais aimé découvrir cette exposition. C’est avec lui que j’aurais aimé partager l’intrigue de ce nouveau roman. C’est avec lui que j’aurais voulu élaborer un projet de voyage. C’est de son avis que j’ai besoin pour prendre une décision, petite ou grande, a énuméré la soeur de la victime. Sans lui, le monde n’est plus aussi doux, le monde n’est plus aussi beau. »

Plusieurs élus, dont le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Jonatan Julien, et le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, ont assisté à la cérémonie. « Aujourd’hui, la Ville fait une commémoration […] qui nous rappelle, en fin de compte, la fragilité de ce qu’on est », a dit M. Julien.

Carl Girouard, qui était âgé de 25 ans au moment de commettre ses crimes, purge une peine de prison à vie sans possibilité de libération avant 2045. Le juge, au moment de rendre sa peine, avait accusé le coupable d’avoir perpétré des « crimes absolument atroces » et d’avoir détruit la vie d’« une multitude de personnes ».

« C’est quelque chose qui a touché tout le monde à Québec, croit le député Sol Zanetti. Tout le monde a dit : “Ç’aurait pu être moi, ç’aurait pu être ma famille.” »

Lundi, en marge de la cérémonie, des membres et des amis des deux disparus ont communié ensemble sur le théâtre d’un des pires drames survenus dans la capitale de mémoire récente. La mère de François Duchesne, octogénaire, esquissait parfois un sourire, entourée par les siens.

« N’oublions jamais que le bonheur peut être fugace, disait, quelques instants plus tôt, Marie-Josée Duchesne, au podium. Ne perdez pas de temps […] prenez des nouvelles de vos proches et dites-leur que vous les aimez — comme François l’aurait fait. »

À voir en vidéo