Des députés fédéraux inquiets de la reconnaissance faciale

La technologie de reconnaissance faciale permet de comparer l'image d'un visage à une base de données de millions de photos, dans le but d'identifier un individu.
Photo: Eric Risberg Associated Press La technologie de reconnaissance faciale permet de comparer l'image d'un visage à une base de données de millions de photos, dans le but d'identifier un individu.

Un comité de la Chambre des communes recommande un moratoire sur l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par la police fédérale et les entreprises canadiennes, à moins qu'il n'y ait une autorisation du tribunal ou une consultation avec le commissariat à la protection de la vie privée.

Dans un rapport déposé mardi, le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique presse également le gouvernement d'élaborer un cadre réglementaire concernant les utilisations, les interdictions, la surveillance et la protection de la vie privée à l’égard de cet outil en émergence.

La technologie de reconnaissance faciale permet de comparer l'image d'un visage à une base de données de millions de photos, dans le but d'identifier un individu.

Les députés membres du comité affirment que des protections appropriées de la vie privée devraient aborder des questions telles que l'exactitude, la conservation et la transparence des initiatives de reconnaissance faciale. Ils recommandent aussi une stratégie globale portant sur le consentement éclairé des Canadiens à l'utilisation de leurs renseignements personnels.

Les députés veulent également que le gouvernement modifie la loi sur la protection de la vie privée afin d'interdire au secteur privé la capture d'images de Canadiens à partir d'internet ou d'espaces publics dans le but d'alimenter des bases de données de technologie de reconnaissance faciale ou des algorithmes d'intelligence artificielle.

Le comité est d'avis que le régime législatif actuel au Canada n’est pas suffisant pour bien encadrer la technologie de reconnaissance faciale et l’intelligence artificielle.

«Faute d’encadrement approprié, la technologie de reconnaissance faciale et d’autres outils d’intelligence artificielle pourraient causer des dommages irréparables pour certains individus», conclut le rapport.

À voir en vidéo