Quoi retenir de la fin de semaine ?

Dernier sprint avant le jour du scrutin

Les chefs des cinq partis ont profité de la dernière fin de semaine avant le jour du vote pour s’adresser aux électeurs.

De passage dimanche après-midi au Nord-du-Québec, la cheffe libérale, Dominique Anglade, a dit vouloir envoyer un message aux communautés autochtones : « On veut bâtir des ponts. » Mais il est nécessaire que les Inuits et les Cris de la région « décident d’aller voter » en plus grand nombre, a-t-elle souligné.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, est quant à lui allé à Sherbrooke dimanche, entouré d’une quarantaine de femmes candidates pour son parti avec lesquelles il souhaite « changer le style » à l’Assemblée nationale, la CAQ ayant présenté 55 % de femmes, soit 96 candidates sur 125. La possible réélection du premier ministre sortant a fait l’objet samedi d’une manifestation dans sa circonscription de L’Assomption, où plus d’un millier de personnes ont défilé dans les rues dans le cadre d’un événement baptisé « Dehors la CAQ » pour s’opposer à la gestion de la pandémie.Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a pour sa part invité les électeurs qui veulent voir émerger lundi soir une opposition forte à François Legault à appuyer Québec solidaire, même s’ils n’épousent pas toutes les idées du parti. « Chaque député solidaire de plus [à l’Assemblée nationale] sera un député de plus pour l’environnement », a soutenu M. Nadeau-Dubois au milieu du parc Molson, dans le quartier Rosemont, à Montréal, dimanche après-midi.

Lors d’une conférence de presse à Laval au dernier jour de la campagne électorale, le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, s’est félicité d’avoir « gagné le combat des idées » en élargissant la place aux idées de droite dans l’espace public. Il avait pris son premier bain de foule depuis le début de la campagne la veille à Louiseville, en Mauricie.

En clôture d’une soirée ponctuée de performances musicales au théâtre Paradoxe samedi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, s’est adressé directement aux électeurs qui n’ont toujours pas fait de choix, leur rappelant que « la porte est ouverte ». Avec l’élection d’un gouvernement caquiste majoritaire qui « semble de plus en plus évident [e] », le chef péquiste a demandé aux électeurs d’appuyer sa formation dimanche, depuis Gaspé.

Une dizaine de bureaux de vote en manque de scrutateurs

 

À moins de 24 heures de l’ouverture des bureaux de vote, Élections Québec tente de trouver du personnel pour accompagner les électeurs dans les circonscriptions de Beauharnois, D’Arcy-McGee, Hull, Huntingdon, L’Assomption, Mégantic, Mont-Royal–Outremont, Pontiac, Prévost, Terrebonne et Verdun.

Pour pallier ce manque, les responsables permettent cette année aux jeunes de 16 et 17 ans de travailler pour les élections. La fermeture des écoles secondaires le jour de l’élection donne l’occasion à ces futurs électeurs de contribuer ainsi à la démocratie.

Certains de ces bureaux de vote manquent non seulement de scrutateurs, mais aussi de préposés à l’information et au maintien de l’ordre. Plusieurs de ces absences proviennent, entre autres, de désistements de dernière minute liés à la COVID-19. Déjà, 24,44 % des électeurs inscrits ont voté de façon anticipée. Cette participation record pourrait compenser les retards envisagés.

Les Brésiliens aux urnes

 

Le Brésil était en pleine effervescence dimanche, 156 millions d’électeurs votant pour une présidentielle sous tension, que Luiz Inacio Lula da Silva espère remporter dès ce premier tour contre le président sortant, Jair Bolsonaro, qui pourrait contester le résultat. Au moment où ces lignes étaient écrites, les bureaux de vote étaient fermés et le résultat devait être connu quelques heures après le dépouillement.

Le dernier sondage de l’institut de référence Datafolha donnait d’ailleurs Lula largement en tête au premier tour, avec 50 % des votes exprimés, contre 36 % pour Bolsonaro. Une victoire de Lula signerait un retour inespéré quatre ans après son incarcération controversée pour des soupçons de corruption.

Les Brésiliens élisent aussi leurs 513 députés fédéraux, un tiers des 81 sénateurs et les gouverneurs des 27 États, ainsi que les députés régionaux.

 

L’Ukraine reprend Lyman

L’Ukraine a annoncé dimanche avoir repris la ville de Lyman, dans la région de Donetsk annexée par la Russie, alors que la Cour constitutionnelle russe a jugé légaux les traités d’annexion des territoires ukrainiens signés par Vladimir Poutine.

Samedi, les soldats ukrainiens étaient entrés dans cette ville stratégique de la région de Donetsk, dont l’annexion vendredi par Moscou a été fermement condamnée par Kiev et les Occidentaux. Anticipant cette importante victoire tactique, car Lyman est un noeud ferroviaire crucial, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait assuré en soirée que la semaine prochaine, « de nouveaux drapeaux ukrainiens [flotteraient] sur le Donbass », où se trouve la région de Donetsk.

La perte de Lyman est un revers de taille pour l’armée russe, incapable à ce stade de contrôler la totalité des territoires qu’elle occupe en Ukraine. Cette dernière a dû se replier en hâte en direction de Svatové, à mi-chemin vers les villes importantes de Severodonetsk et Lyssytchansk, qu’elle avait eu beaucoup de mal à prendre aux Ukrainiens avant l’été.

À voir en vidéo