Duhaime fait mouche en Mauricie

Le chef conservateur Éric Duhaime a eu droit à l’accueil qu’on réserve aux vedettes, à Louiseville, en Mauricie. C’était son premier bain de foule depuis le début de la campagne, au Festival de la galette de sarrasin.

« T’es le leader de demain », lui a lancé une dame très très enthousiaste, à son arrivée au festival. Barbara Boutet portait un tee-shirt du Parti conservateur, une casquette du Parti conservateur et une épinglette du Parti conservateur. « Moi, je travaille aux élections lundi. Je me suis même fait dire par le DGE que j’étais trop partisane ! »

À deux jours du vote, il s’agissait du premier bain de foule spontané d’Éric Duhaime. Depuis le début de la campagne, le chef conservateur ne visitait que des foules gagnées d’avance dans le cadre de rassemblements partisans.

Mais dans les rues de Louiseville, les gens étaient si nombreux à venir lui serrer la main et se faire photographier avec lui qu’on aurait pu se croire dans un rassemblement partisan.

Dans Maskinongé, les sondages attribuent pourtant une majorité confortable à la Coalition Avenir Québec, qui est actuellement représentée par Simon Allaire au Parlement.

L’espoir d’un effet Jean Boulet

Avant de se rendre à Louiseville, les Conservateurs s’étaient arrêtés brièvement à Trois-Rivières pour rencontrer leur candidate, Karine Pépin et une trentaine de militants dans un parc. « Karine est dans une lutte très serrée ici à Trois-Rivières. Vous avez vu ce que le ministre Jean Boulet a fait comme conneries cette semaine. Il a fait honte aux Québécois », a lancé le chef en référence aux propos controversés de M. Boulet sur l’immigration.

Le seul sondage local mené à Trois-Rivières durant la campagne attribuait à Jean Boulet près de 50 % des intentions de vote, loin devant ses adversaires.

Mais les Conservateurs étaient déjà deuxièmes et c’était il y a plus de dix jours, bien avant que M. Boulet se place dans l’embarras.

Questionnée sur l’impact local des déclarations de Jean Boulet, la candidate conservatrice — qui travaille dans le réseau de la santé — a dit avoir reçu des appels de collègues issus de l’immigration. « On a beaucoup de gens des communautés à l’hôpital. Les gens m’ont téléphoné pour me dire que c’était inacceptable ce qui s’était passé en soi. Que j’avais leur appui davantage. »

Or, Mme Pépin mentionne qu’elle s’est aussi fait reprocher de ne pas avoir réagi immédiatement, lors du débat, au cours duquel M. Boulet avait tenu ses propos (la controverse n’a éclaté que quelques jours plus tard).

« Dans le feu de ça, c’est un débat on a une minute pour parler, on se concentre sur ce qu’on va dire. Moi ce que j’ai dit, c’est que c’était important d’encadrer, d’inciter les gens à rester ici. »

Après son passage en Mauricie, l’autocar conservateur a migré vers l’ouest de l’Île de Montréal pour aller à la rencontre de ses partisans anglophones. M. Duhaime doit ensuite regagner Québec dimanche matin pour faire campagne dans Chauveau.

À voir en vidéo