Des régions à garder à l’oeil lundi

Vote par anticipation à l'occasion des élections provinciales du Québec de 2022.
Photo: Valerian Mazataud Le Devoir Vote par anticipation à l'occasion des élections provinciales du Québec de 2022.

À Montréal, des bastions sont maintenant fragiles

Plusieurs châteaux forts libéraux de la métropole pourraient prendre une teinte bleu pâle ou orange lundi. C’est le cas notamment de la circonscription d’Anjou–Louis-Riel, libérale depuis 1998, où la CAQ talonne ses adversaires.

QS pourrait aussi se tailler une place dans d’autres bastions du PLQ en remportant des courses à trois. C’est notamment le cas dans Verdun, circonscription libérale depuis 1939, et dans Saint-Henri–Sainte-Anne, où la cheffe libérale Dominique Anglade est menacée.

La circonscription de Camille-Laurin, dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, sera également à surveiller lundi. Péquiste pendant sept mandats successifs, elle est tombée aux mains de la CAQ en 2018. Dans cette circonscription où rien n’est joué d’avance, le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, est coude à coude avec le député caquiste sortant, Richard Campeau.

Zacharie Goudreault

Laval pourrait virer au bleu pâle

Cinq des six circonscriptions de Laval qui sont actuellement libérales risquent de basculer vers le camp de la CAQ le 3 octobre, selon les plus récents sondages. Il s’agirait d’un gain majeur pour la formation de François Legault, qui n’avait remporté qu’un siège sur l’île Jésus en 2018, en faisant élire Christopher Skeete dans la circonscription de Sainte-Rose (où il a d’ailleurs de bonnes chances d’être réélu).

Cette fois, la CAQ est en avance dans la circonscription de Fabre, libérale depuis 2003, de même que dans celles de Laval-des-Rapides, des Mille-Îles et de Vimont, quatre circonscriptions où l’avance du PLQ a largement diminué depuis 2014.

La circonscription de Chomedey, pour sa part, devrait demeurer dans le giron du PLQ, qui est en forte avance dans les sondages locaux.

Zacharie Goudreault

En Outaouais, le PLQ lutte pour sa survie

Jadis dominants en Outaouais, les libéraux se battent désormais afin d’y rester présents.

En 2018, la CAQ les avait délogés de trois des cinq circonscriptions de la région : seuls Maryse Gaudreault (Hull) et André Fortin (Pontiac) avaient survécu à la vague. Ce dernier reste toutefois très populaire dans sa circonscription.

Hull, par contre, est le théâtre d’une lutte à trois entre la CAQ, le PLQ et QS. Le Parti québécois et Québec solidaire y présentent d’ailleurs des candidats prometteurs, soit l’économiste Mathieu Dufour (QS) et la physiothérapeute Camille Pellerin-Forget (PQ). La candidate caquiste, Suzanne Tremblay, est quant à elle liée à Équité Outaouais, une organisation citoyenne qui dénonce le sous-financement de la région en santé.

Il s’agit d’ailleurs d’un enjeu central de la campagne dans la région : en août dernier, le CISSS de l’Outaouais a dû suspendre une partie des services en oncologie à Gatineau à la suite du départ de trois techniciens pour l’Ontario, en quête de meilleurs salaires. Et en zone rurale, le service d’obstétrique de Shawville reste fermé depuis l’interruption de ses services — en principe temporaire — en février 2020.

Isabelle Porter

Les efforts du PCQ porteront-ils leurs fruits dans la grande région de Québec ?

La grande région de Québec représente des terres traditionnellement fertiles pour la droite. Et bien qu’Éric Duhaime et ses troupes conservatrices l’aient abondamment labourée pendant la campagne, leur récolte électorale pourrait les décevoir.

Les sondages montrent que les meilleurs espoirs de victoire conservatrice se trouvent en Beauce, mais la CAQ y défend ardemment ses sièges. Même l’accession du chef Éric Duhaime au Salon bleu paraît incertaine dans Chauveau, où le PCQ compte pourtant plus de membres que partout ailleurs au Québec. Si le parti fait chou blanc, il aura quatre ans pour prouver que l’élan qui l’a propulsé ne relevait pas simplement d’une colère destinée à s’estomper en même temps que la pandémie.

QS, de son côté, tentera de conserver les deux îles orange qu’il a réussi à faire émerger de la vague caquiste en 2018. Taschereau, même en l’absence de Catherine Dorion, semble acquise au parti de gauche. Le siège de Sol Zanetti dans Jean-Lesage, lui, apparaît plus chancelant dans le match revanche qui l’oppose à la caquiste Christiane Gamache ; en 2018, la victoire du solidaire ne tenait qu’à 699 voix.

Sébastien Tanguay

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean en bleu poudre ?

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean était déjà presque entièrement bleu poudre. Il pourrait l’être complètement mardi matin.

Selon un sondage local mené début septembre par Segma, le candidat caquiste Yannick Gagnon détient une avance monstre sur le Parti québécois (PQ) dans Jonquière. C’est le seul bastion historique péquiste de la région à être demeuré entre les mains du parti souverainiste en 2018, mais le départ du député Sylvain Gaudreault pourrait confirmer la domination caquiste.

Le PQ assure ne pas avoir dit son dernier mot. Dimanche, la caravane péquiste se rendra en avion à Jonquière pour stimuler les intentions souverainistes du coin. Sylvain Gaudreault craint qu’avec «cinq députés qui disent rien du côté du gouvernement… on va en échapper».

Le caquiste Yannick Gagnon sent au contraire que «le monde [de Saguenay] a le goût d’être avec le reste de la gang».

François Carabin

La Côte-Nord, un symbole pour le PQ

Le Parti québécois joue son va-tout pour la sauvegarde de deux fiefs à haute valeur symbolique sur la Côte-Nord. La CAQ menace d’y ravir deux circonscriptions : Duplessis, restée loyale au PQ depuis 1976, et René-Lévesque, baptisée en l’honneur du fondateur du parti et où se comptait, en 1995, la plus grande proportion de votes pour l’indépendance.

La CAQ pourrait écrire l’histoire à sa façon en faisant élire une première femme autochtone à l’Assemblée nationale. Dans Duplessis, la caquiste Kateri Champagne Jourdain, une candidate innue, a de bonnes chances de succéder à la péquiste Lorraine Richard, qui tire sa révérence après près de 20 ans au Salon bleu. Dans René-Lévesque, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, brigue pour la CAQ le siège laissé vacant par le péquiste Martin Ouellet.

Si les sondages se confirment et que la CAQ remporte ces deux circonscriptions, un nouveau chapitre politique s’ouvrira sur la Côte-Nord, et il sera entièrement écrit à l’encre bleu pâle.

Sébastien Tanguay

En Montérégie, la bataille des banlieues

Raz-de-marée caquiste ou poches d’opposition contre un probable gouvernement Legault ? C’est le dilemme des électeurs de la Montérégie, vaste région de la Rive-Sud qui s’étend de Sorel-Tracy à Vaudreuil-Dorion, entre le fleuve et la frontière américaine.

Au moment où la campagne électorale était déclenchée, la CAQ détenait 18 de ces 22 circonscriptions de banlieue, arrachées au cours des dernières années au Parti québécois et au Parti libéral du Québec.

Les libéraux misent sur les déclarations incendiaires de François Legault et de son ministre Jean Boulet au sujet de l’immigration pour conserver leurs forteresses de La Pinière, Laporte et Vaudreuil. Même le PQ vit d’espoir pour reprendre son château fort de Marie-Victorin, raflé par la CAQ en avril 2022 lors d’une élection partielle.

Marco Fortier

Deux luttes serrées à surveiller en Estrie

Aux dernières élections, l’Estrie avait fait table rase de son passé en faisant élire presque partout des candidats de la Coalition avenir Québec. Seule la circonscription de Sherbrooke avait échappé au parti de François Legault, un « petit village gaulois » où Québec solidaire avait causé la surprise avec l’élection de Christine Labrie.

Lundi prochain, dans une Estrie qui pourrait devenir entièrement caquiste, deux luttes serrées se dessinent. QS espère non seulement préserver son seul siège de la région, mais a l’ambition de faire tache d’huile dans Saint-François avec la Dre Mélissa Généreux, une candidate vedette locale qui talonne sérieusement la députée caquiste sortante, Geneviève Hébert.

À la guerre comme à la guerre, la CAQ entend aussi lutter ferme pour conquérir la circonscription de Sherbrooke, où sa candidate, Caroline St-Hilaire, connue comme ex-mairesse de Longueuil, mène une campagne énergique pour déloger la députée solidaire Christine Labrie.

Lisa-Marie Gervais

La fonderie Horne au coeur d’une bataille féroce en Abitibi-Témiscamingue

La lutte sera très serrée dans la circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, où la question de la qualité de l’air divise la population.

Élue en 2018 par une mince avance de 506 voix, la députée solidaire sortante Émilise Lessard-Therrien exige que la Fonderie Horne se conforme d’ici quatre ans aux normes québécoises en matière d’émissions d’arsenic. Mais le candidat caquiste, Daniel Bernard, pourrait bien lui ravir son poste, d’autant que l’ex-député libéral à l’époque de Jean Charest accuse son opposante d’avoir terni l’image de Rouyn-Noranda par son discours alarmiste. Son chef, François Legault, est d’ailleurs passé en renfort dans la région en toute fin de campagne, soulevant l’idée d’un référendum sur le sort de la fonderie.

Dans Abitibi-Est et Abitibi-Ouest, les deux élus caquistes sortants — le ministre de la Forêt, Pierre Dufour, et la députée Suzanne Blais, respectivement — sont en bonne posture pour l’emporter.

La pénurie de main-d’oeuvre, particulièrement criante dans le domaine de la santé, et la crise du logement ont été au coeur de la campagne électorale dans la région.

Magdaline Boutros

La Gaspésie et les Îles dans la mire de la CAQ

Le passage de François Legault dans Gaspé à quelques jours du scrutin n’est pas un hasard : la CAQ aimerait bien percer dans la région où le PQ détient certaines de ses dernières circonscriptions. Après avoir remporté la victoire de justesse devant son adversaire libéral en 2018, la députée péquiste sortante de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, devra ainsi affronter le caquiste Stéphane Sainte-Croix dans une lutte qui s’annonce serrée.

Dans la circonscription voisine de Bonaventure, le départ du député indépendant Sylvain Roy change la donne. Ce dernier a annoncé cet été qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat, près d’un an après avoir claqué la porte du PQ par manque de confiance envers le chef, Paul St-Pierre Plamondon. La course s’y annonce serrée entre le péquiste Alexis Deschênes, avocat et ancien journaliste, et la caquiste Catherine Blouin.

Une chaude lutte s’annonce aussi aux Îles-de-la-Madeleine entre le député péquiste sortant Joël Arseneau et le maire Jonathan Lapierre, qui porte les couleurs de la CAQ.

Florence Morin-Martel

28 candidats à surveiller

Dominique Anglade, Parti libéral du Québec, Saint-Henri–Sainte-Anne

Joël Arseneau, Parti québécois, Îles-de-la-Madeleine

 

Martine Biron, Coalition avenir Québec, Chutes-de-la-Chaudière

Pierre-Luc Brillant, Parti québécois, Rosemont

 

Anne Casabonne, Parti conservateur du Québec, Iberville

Enrico Ciccone, Parti libéral du Québec, Marquette

 

Guillaume Cliche-Rivard, Québec solidaire, Saint-Henri, Sainte-Anne

Pascale Déry, Coalition avenir Québec, Repentigny

 

Alexis Deschênes, Parti québécois, Bonaventure

Shirley Dorismond, Coalition avenir Québec, Marie-Victorin

 

Bernard Drainville, Coalition avenir Québec, Lévis

Éric Duhaime, Parti conservateur du Québec, Chauveau

 

André Fortin, Parti libéral du Québec, Pontiac

Maryse Gaudreault, Parti libéral du Québec, Hull

 

Mélissa Généreux, Québec solidaire, Saint-François

Mathieu Gratton, Parti libéral du Québec, Laporte

 

Kateri Champagne Jourdain, Coalition avenir Québec, Duplessis

Carol-Ann Kack, Québec solidaire, Rimouski

 

Christine Labrie, Québec solidaire, Sherbrooke

Émilise Lessard-Therrien, Québec solidaire, Rouyn-Noranda–Témiscamingue

Isabelle Melançon, Parti libéral du Québec, Verdun

 

Méganne Perry Mélançon, Parti québécois, Gaspé

Samuel Poulin, Coalition avenir Québec, Beauce-Sud

 

Marwah Rizqy, Parti libéral du Québec, Saint-Laurent

Caroline St-Hilaire, Coalition avenir Québec, Sherbrooke

 

Paul St-Pierre Plamondon, Parti québécois, Camille-Laurin

Simon Tremblay-Pepin, Québec solidaire, Pointe-aux-Trembles

 

Sol Zanetti, Québec solidaire, Jean-Lesage



À voir en vidéo