Un autre sursis pour Mamadou Konaté

Initialement, le demandeur d’asile ivoirien avait reçu l’ordre d’être expulsé le 19 novembre dernier.
Adil Boukind Archives Le Devoir Initialement, le demandeur d’asile ivoirien avait reçu l’ordre d’être expulsé le 19 novembre dernier.

Mamadou Konaté, un demandeur d’asile ivoirien qui avait été travailleur essentiel pendant la pandémie et qui devait être expulsé du Canada le 30 septembre, obtient un autre sursis. Cela fait plusieurs années que son dossier traîne au gouvernement, et ce n’est pas le premier sursis qu’il obtient, alors que plusieurs font encore pression pour qu’il puisse rester au pays.

« Nous ne savons pas encore pourquoi cette décision a été prise, ni quand son expulsion pourrait être reportée, mais on nous dit qu’elle devrait tout de même être reportée pour bientôt », précise Me Guillaume Cliche-Rivard, l’avocat de M. Konaté. Il se dit pour le moment satisfait d’apprendre que son client obtient un autre sursis, mais précise qu’il ne prend rien pour acquis.

Mamadou Konaté est au pays depuis 2016. Il a travaillé à chaque année depuis qu’il est au Canada, entre autres comme agent d’entretien ménager dans des CHSLD pendant la pandémie.

Jeudi dernier, une vigile a été organisée à Montréal pour protester contre son expulsion, qui avait d’ailleurs été annoncée par Le Devoir. Des représentants de Québec Solidaire — parti pour lequel Me Cliche-Rivard est aussi présentement candidat dans Saint-Henri–Sainte-Anne —, du Nouveau Parti démocratique (NDP) et d’Amnistie Internationale étaient entre autres présents pour soutenir M. Konaté.

Rappelons que selon Me Cliche-Rivard, une expulsion représenterait de sérieux risques pour son client, qui a, dit-il, appuyé sur les réseaux sociaux un ex-politicien ivoirien condamné à la prison à perpétuité pour tentative de coup d’État. C’est d’ailleurs parce qu’il avait fait partie d’un groupe ayant participé à des tentatives de renversement d’un gouvernement qu’Ottawa avait refusé de lui accorder un statut de réfugié en premier lieu.

Initialement, M. Konaté avait reçu l’ordre d’être expulsé le 19 novembre 2021. Il avait donc obtenu un premier sursis, de l’ordre d’un juge fédéral.

À voir en vidéo