Deux personnes meurent sous les balles en plein jour à Montréal

Une enquête est en cours, les policiers devant maintenant rencontrer des témoins et vérifier si des images captées par des caméras de surveillance seraient disponibles.
Valérian Mazataud Le Devoir Une enquête est en cours, les policiers devant maintenant rencontrer des témoins et vérifier si des images captées par des caméras de surveillance seraient disponibles.

La violence par arme à feu continue de secouer la métropole. Deux fusillades ont fait autant de victimes en plein jour, mardi après-midi, à Montréal.

Les deux hommes visés par un ou des tireurs ont été transportés d’urgence à l’hôpital, mais La Presse canadienne a appris qu’ils avaient succombé à leurs blessures. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé en début de soirée qu’il s’agit bien des 20e et 21e meurtres de l’année à survenir sur son territoire.

D’abord, un peu avant 13 h, un homme a été abattu dans le stationnement du centre commercial Rockland à Ville Mont-Royal, en bordure de l’autoroute métropolitaine, dans le nord de l’île de Montréal.

Il s’agit d’un homme de 44 ans connu des services policiers.

L’homme a été transporté d’urgence à l’hôpital dans un état critique, où l’on craignait pour sa vie en milieu d’après-midi. Il n’a finalement pas survécu à l’attentat.

Une enquête est en cours, les policiers devant maintenant rencontrer des témoins et vérifier si des images captées par des caméras de surveillance seraient disponibles.

 

Un deuxième incident est survenu une trentaine de minutes plus tard, alors qu’un homme de 50 ans a été atteint d’au moins un projectile d’arme à feu au haut du corps dans un restaurant de la rue Saint-Denis, près de l’angle du boulevard Maisonneuve.

Là aussi, la victime a été transportée à l’hôpital « où des manoeuvres RCR ont dû être effectuées », a précisé le porte-parole du SPVM Jean-Pierre Brabant. Cette autre victime aussi n’a pas survécu à l’agression.

Aucune arrestation n’a eu lieu en lien avec les deux incidents, dont les policiers ne savent pas s’ils sont reliés. Ils ne savent pas non plus si les deux victimes se connaissaient.

À voir en vidéo