En photos | René Lévesque dans l’œil de Jacques Nadeau

Cet été, René Lévesque aurait eu 100 ans. Jusqu’au 24 août prochain, date anniversaire, Le Devoir souligne sur toutes ses plateformes la mémoire du fondateur du Parti québécois, l’un des plus grands premiers ministres de l’Histoire du Québec, avec la série 100 ans de René Lévesque. Aujourd'hui, Dave Noël a recueilli les souvenirs de notre photographe Jacques Nadeau à propos de quelques-uns de ses clichés.
 

À (re)voir: Coin de pays | La Gaspésie de René Lévesque

1 «J’ai pris cette photo lors d’un caucus du Parti québécois au lac Delage. Tu as notamment Pauline Marois, à gauche, et un garde du corps derrière Lévesque. On n’a plus jamais revu ça, un caucus en famille où tout le monde arrivait avec sa gang d’enfants.» Jacques Nadeau Le Devoir
2 Québec, 18 janvier 1981 | «Nous étions au Colisée pour sa réouverture. C’est assez rare d’assister à une cérémonie avec des haches. Le concept, c’était de briser la glace. On voit bien que Lévesque a un petit retard sur le ministre Gilles Lamontagne et le maire Jean Pelletier. Il avait donné un bon coup de hache.» Jacques Nadeau Le Devoir
3 20 mai 1980 | «La photo a été prise le soir du référendum, au moment précis où Lévesque lance son fameux “Si je vous ai bien compris, vous êtes en train de dire : à la prochaine fois…”. En disant cette phrase-là, on dirait que l’émotion a changé de bord complètement, les gens l’ont applaudi.» Jacques Nadeau Le Devoir
4 Pointe-au-Pic, 1983 | «René Lévesque et Pierre Marc Johnson sont montés sur un voilier. Je n’ai pas tenté d’illustrer les tensions au Parti québécois. À l’époque, ce n’était pas encore clair que Johnson voulait prendre la place de Lévesque.» Jacques Nadeau Le Devoir
5 Montréal, 12 mai 1980 | «Cette photo a été prise lors d’un rassemblement d’artistes pour le camp du Oui. Félix Leclerc était parti de l’île d’Orléans pour venir à Montréal. Il y avait au moins 25 artistes, les plus connus au Québec.» Jacques Nadeau Le Devoir
6 «Lévesque, on disait qu’il fumait beaucoup. C’est vrai qu’il allumait souvent des cigarettes — un paquet et demi par jour, sans doute — , mais il ne les fumait pas beaucoup : elles brûlaient entre ses doigts.» Jacques Nadeau Le Devoir
7 «René Lévesque traversait la Grande-Allée à pied, au beau milieu de la circulation, quand il sortait du parlement pour aller à son bureau du “bunker”. On ne voit jamais un premier ministre faire une chose pareille. Ce jour-là, Lévesque était passé devant deux gars sur une moto et il s’était arrêté pour leur donner la main. Les gars étaient ravis.» Jacques Nadeau Le Devoir
8 Québec, 1984 | «Il y avait une cérémonie à l’Assemblée nationale pour honorer les athlètes qui revenaient des Jeux olympiques de Los Angeles. Lévesque était en train de prendre une poffe au beau milieu de la pièce quand la plongeuse Sylvie Bernier lui a enlevé sa cigarette des mains pour la casser au nom de la santé du premier ministre !» Jacques Nadeau Le Devoir
9 Mai 1980 | «Cette photo a été prise lors d’une activité du regroupement des Québécoises pour le Oui. Le camp souverainiste avait perdu beaucoup de votes pendant le référendum à cause de la déclaration de Lise Payette sur les “Yvettes”.» Jacques Nadeau Le Devoir
10 Pointe-au-Pic, 25 mai 1977 | «C’était lors du sommet économique de Pointe-au-Pic, dans Charlevoix. J’avais amené une chambre noire portative qui m’a permis d’imprimer rapidement cette photo de Lévesque avec Paul Desmarais et Louis Laberge. C’est la première fois que je me retrouvais à la une du Devoir, et j’en étais très fier.» Jacques Nadeau Le Devoir
11 Québec, 1981 | «Le premier ministre Pierre Elliott Trudeau était venu à Québec pour essayer de négocier avec le Québec. Tu vois dans la face de Lévesque que ça n’allait pas du tout. Les deux hommes avaient des idées totalement différentes.» Jacques Nadeau Le Devoir
12 Mai 1980 | «Cette fois-là, Lévesque était grimpé pas à peu près. Je pense que c’est l’un des moments les plus forts du référendum de 1980. Je me souviens qu’il n’arrêtait pas de montrer le poing en voulant dire : “Il faut se battre, il faut se battre pour gagner.”» Jacques Nadeau Le Devoir
13 «René Lévesque n’était pas un homme du matin, ce n’était pas un lève-tôt. Sur cette photo, il devait probablement se rendre à l’un des caucus du Parti québécois au lac Delage. S’il semble de mauvaise humeur, c’est parce qu’il est sans doute 8 h 30 du matin.» Jacques Nadeau Le Devoir
14 «Pendant le référendum de 1980, il y a eu une période qui était assez violente, surtout quand René Lévesque venait à Montréal. Ici, il y a un gars qui veut donner un coup de pancarte au premier ministre. Il criait : “Tu ne briseras pas mon pays.” Je pense que la sécurité est arrivée à la dernière seconde pour l’empêcher de frapper M. Lévesque.» Jacques Nadeau Le Devoir

À voir en vidéo