Du papier à rouler québécois à la SQDC

En entrevue, Renaud Lessard Ste-Marie se targue d’être, avec son frère Jérôme, le premier fournisseur québécois d’accessoires de la SQDC. KEB Papier côtoiera ainsi dans les présentoirs les produits OCB du géant français Republic Technologies.
Photo: Adil Boukind Le Devoir En entrevue, Renaud Lessard Ste-Marie se targue d’être, avec son frère Jérôme, le premier fournisseur québécois d’accessoires de la SQDC. KEB Papier côtoiera ainsi dans les présentoirs les produits OCB du géant français Republic Technologies.

À compter du 4 août, la jeune pousse montréalaise de papier à rouler KEB Papier fera son apparition sur les tablettes de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Alors que les deux tiers des fournisseurs de cannabis de la société d’État ont leur siège social au Québec, l’entreprise, fondée en 2020 par les frères Renaud et Jérôme Lessard Ste-Marie, n’est que le premierfournisseur québécois d’accessoires de la SQDC.

« Au début, on n’avait pas le stock. C’est une grosse commande », lâche Renaud Lessard Ste-Marie en entrevue avec Le Devoir. Et pour cause, les produits de KEB Papier, étiquetés « 100 % bio et 100 % véganes », n’étaient vendus à ce jour que dans une centaine de dépanneurs. Les quelque 90 succursales de la SQDC représentent donc un marché bien plus vaste pour la jeune entreprise familiale, tout en apportant leur lot de défis.

« Ça fait plusieurs semaines, pour ne pas dire des mois, qu’on travaille sur une infrastructure logistique », souligne Renaud Lessard Ste-Marie. Le coréalisateur du film Mad Dog Labine (2018) explique avoir dû mettre sur pied avec son frère une compagnie de distribution afin d’approvisionner chacune des succursales de la SQDC. Son frère Jérôme a tout de même trouvé dans cette exigence de la société d’État une chaussure à son pied, lui qui a étudié « précisément ça » à l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia.

Il n’en demeure pas moins que la recherche de financement pour leur service de distribution s’est avérée laborieuse. La plupart des banques et organismes subventionnaires qu’ils ont approchés ont refusé de les soutenir. Seul le Mouvement Desjardins leur a accordé une marge de crédit, mais uniquement après que les deux entrepreneurs ont fait valoir que la coopérative financière faisait elle-même affaire avec la SQDC.

« On ne se sent pas pris au sérieux par les banques », déplore Renaud Lessard Ste-Marie, en rappelant que le cannabis est légalisé depuis près de quatre ans. Du même souffle, l’entrepreneur se dit impressionné que la « communauté de rouleurs et de rouleuses » a adopté si rapidement leurs produits et se réjouit de constater que de plus en plus de fournisseurs québécois occupent les tablettes de la SQDC.

Producteurs locaux

 

Au terme de l’année financière 2021-2022, 17 des 32 fournisseurs de cannabis de la SQDC (53 %) étaient établis au Québec, surpassant ainsi largement la cible de 20 % qu’elle s’était fixée pour 2022. À ce jour, cette proportion grimpe à 61 %, selon la société d’État.

Ce portrait, qui ne concerne que les producteurs de cannabis, écarte donc les fournisseurs d’accessoires comme KEB Papier. « La SQDC ne souhaite pas devenir une destination pour les accessoires, mais bien [posséder] une offre limitée permettant de dépanner ses clients », précise la société d’État. Elle ajoute poursuivre « ses efforts pour valoriser la place des producteurs québécois dans son portfolio. »

En entrevue, Renaud Lessard Ste-Marie se targue tout de même d’être, avec son frère Jérôme, le premier fournisseur québécois d’accessoires de la SQDC. KEB Papier côtoiera ainsi dans les présentoirs les produits OCB du géant français Republic Technologies. Les deux entrepreneurs n’hésitent d’ailleurs pas à qualifier de « duopole » la paire que forment cettemultinationale et l’américaine HBI International et qui domine le marché du papier à rouler. KEB Papier est d’ailleurs née du désir d’offrir une autre option aux consommateurs de cannabis québécois, indique Renaud Lessard Ste-Marie.

Estampillés d’une fleur de lys, les produits de KEB Papier demeurent malgré tout fabriqués en France. Rapatrier la production en sol québécois est un objectif à long terme, selon Renaud Lessard Ste-Marie, qui parle d’une « transition progressive ». Dans une énumération quelque peu rêveuse, il évoque une usine désaffectée que lui et son frère projettent de convertir en fabrique de papier à rouler ainsi que les différentes machines qu’ils comptent acquérir.

« Mais avant ça, on a des livraisons à faire dans les 90 succursales partout au Québec. Le gros de notre focus est sur notre contrat avec la SQDC. Quand tout sera réglé, on va prendre une couple de jours off, pour reprendre du poil de la bête », lance Renaud Lessard Ste-Marie.

À voir en vidéo