Apple réaffirme la valeur scientifique de sa montre connectée

Selon le fabricant, l’Apple Watch est précise à «au moins 80%».
Photo: Tony Avelar Associated Press Selon le fabricant, l’Apple Watch est précise à «au moins 80%».

Apple persiste et signe : tout ce que fait sa montre connectée est conçu avec l’aide de spécialistes du secteur de la santé pour s’assurer de la meilleure précision et du plus grand bénéfice pour son utilisateur. Et si de plus en plus de spécialistes de la santé s’inquiètent de ses imprécisions, c’est parce que de plus en plus de gens la portent, car selon le fabricant, l’Apple Watch est précise à « au moins 80 % ».

La société de Cupertino, en Californie, publie mercredi matin un rapport plutôt exhaustif sur le travail effectué depuis la mise en marché de sa première Apple Watch en 2015, non seulement par ses ingénieurs, mais aussi par des chercheurs et des spécialistes en santé, pour essayer d’en extraire l’information la plus à même de servir l’utilisateur.

« Notre vision a toujours été de créer des technologies qui s’appuient sur la science, qui équipent les gens en leur donnant encore plus d’information et qui ont un rôle de protecteur de leur santé », écrit dans ce rapport le directeur des opérations d’Apple, Jeff Williams. « Nous voulons que les gens soient fermement au volant de leur santé grâce à des conseils pertinents et sensés. »

Le rapport publié par Apple sur le rôle de son Apple Watch en tant que technologie de la santé arrive quelques jours à peine après que des spécialistes québécois ont indiqué au Devoir qu’ils commençaient à s’inquiéter de l’importance que prenait justement cet accessoire dans la perception que les utilisateurs avaient de leur propre état de santé.

« On a un nouveau diagnostic à l’urgence depuis quelque temps : une Apple Watch défectueuse », a aussi partagé sur Twitter le médecin de famille à l’urgence de l’hôpital Barrie Memorial Sébastien Marin. « Plein de gens viennent stressés, car leur Apple Watch indique des fréquences cardiaques à 140 [battements par minute], mais lorsqu’on la mesure, elle est à 60 [battements]. »

« Beaucoup de bien » également

L’Apple Watch et les autres montres connectées ne valent pas une visite chez le médecin. Apple en convient. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour qu’une mesure soit exacte ou alors complètement aberrante. Mais la multinationale américaine se satisfait de voir qu’au moins, son objectif est atteint, même quand les gens s’inquiètent pour rien, puisqu’ils vont consulter un professionnel de la santé.

Apple cumule une importante quantité de données d’utilisation de ses clients pour tester la précision de ses applications de santé. L’entreprise assure deux choses : d’abord, seules les données pour lesquelles les utilisateurs donnent explicitement leur consentement sont partagées avec Apple ou des tiers. Ensuite, ces données lui permettent d’estimer la précision des principales fonctions de son Apple Watch, qui sont supérieures à 80 %.

Interrogé sur des cas de faux positifs, Apple indique que l’alerte de rythme cardiaque irrégulier est justifiée plus de 80 % du temps, et que d’autres mesures liées au système cardiovasculaire atteignent une précision proche des 90 %. L’électrocardiogramme intégré aux Apple Watch plus récentes a lui aussi une précision avoisinant les 90 %, indique le fabricant.

Apple cite des cas où ces alertes ont sauvé des vies. Dans certaines conditions, la montre peut détecter des risques de fibrillation auriculaire assez tôt pour éviter que ce trouble cardiaque ne dégénère en une forme plus grave de l’arythmie.

Ça ne disculpe toutefois pas les montres connectées qui produisent des alertes erronées ou qui provoquent de l’angoisse chez certains utilisateurs. Mais pour Apple, les bénéfices dépassent les inconvénients.

À voir en vidéo