L’homme qui a battu une fillette en pleine rue à Montréal déclaré non criminellement responsable

La procureure de la Couronne Me Annabelle Sheppard a aussi demandé que Tanvir Singh soit déclaré « accusé à haut risque ».
Annik MH de Carufel Archives Le Devoir La procureure de la Couronne Me Annabelle Sheppard a aussi demandé que Tanvir Singh soit déclaré « accusé à haut risque ».

Le jeune homme accusé d’avoir violemment battu une fillette en pleine rue à Montréal a été déclaré non criminellement responsable de ses gestes en raison de troubles mentaux.

C’était la conclusion à laquelle une experte de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal était parvenue. Le juge Alexandre Dalmau, de la Cour du Québec, lui a donc donné raison mardi.

Tanvir Singh, 21 ans, était notamment accusé de voies de fait graves et de possession d’une arme dans un dessein dangereux pour avoir attaqué et causé des blessures à la tête et au visage d’une enfant de 10 ans.

L’attaque se serait produite en mars dernier, sur l’heure du midi, alors que la fillette rentrait chez elle, dans le quartier montréalais de Pointe-aux-Trembles. Des passants étaient intervenus et la police avait arrêté l’accusé sur les lieux peu après l’attaque. La fillette avait été gravement blessée, selon les forces de l’ordre.

Une conclusion de non-responsabilité criminelle signifie que l’accusé n’était pas capable de distinguer le bien du mal au moment des faits reprochés. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il sera remis en liberté : habituellement, l’accusé est gardé dans un établissement psychiatrique pour y être soigné.

La procureure de la Couronne Me Annabelle Sheppard a aussi demandé que Tanvir Singh soit déclaré « accusé à haut risque ». Cette conclusion aurait pour effet de rendre sa détention en hôpital psychiatrique encore plus stricte, a-t-elle expliqué en entrevue, ajoutant que l’objectif est d’assurer la sécurité du public.

Une expertise psychiatrique supplémentaire a donc été demandée afin de guider le juge sur cet aspect. L’accusé, présent à la Cour mardi, ne l’a pas contestée. Il restera détenu à l’Institut Philippe-Pinel lors de cette période et reviendra devant le tribunal le 22 août prochain.

À voir en vidéo