Quoi surveiller aujourd’hui ?

  • Arsenic : Luc Boileau à Rouyn-Noranda

    Arsenic : Luc Boileau à Rouyn-Noranda

    Le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, est un homme très attendu ce mercredi à Rouyn-Noranda, où il rencontrera la presse concernant « la santé environnementale » de la ville abitibienne. Il ne sera pas seul à table, mais plutôt accompagné de la p.-d. g. du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy, et du directeur par intérim de la Direction régionale de santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue, le Dr Stéphane Trépanier. 

    M. Boileau doit présenter la situation de la pollution à l’arsenic de l’air par les émanations des cheminées de la fonderie Horne, propriété de la multinationale Glencore. Un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) sur le sujet est également attendu incessamment.

    En ce moment, la fonderie Horne projette dans l’air des concentrations d’arsenic pouvant atteindre jusqu’à 33 fois la norme officielle. Le premier ministre Legault a dit envisager la fermeture de l’usine si celle-ci ne réduisait pas ses émissions de cet agent cancérigène.

  • Justin Trudeau en Ontario

    Justin Trudeau en Ontario

    Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, multipliera les rassemblements en Ontario, ce mercredi. Le chef libéral visitera d’abord les enfants d’un camp de jour. Les directions des camps s’inquiètent de la pénurie de main-d’oeuvre et de la remontée des cas de COVID-19.

    M. Trudeau rencontrera ensuite des familles dans une ferme de la région de Simcoe, avant de tourner des boulettes de burgers lors d’un barbecue avec des membres des Forces armées canadiennes. Lors de cette étape, le premier ministre pourrait être questionné sur le budget militaire de la Défense et sur la gestion des cas d’inconduites sexuelles dans les rangs de l’armée.

  • La faim dans le monde

    La faim dans le monde

    Les Nations unies présenteront mercredi leur rapport annuel sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde. L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) y fera un compte rendu du progrès accompli par rapport aux objectifs fixés pour 2030. 

    Cette édition doit notamment se pencher sur une possible réforme des politiques alimentaires et sur l’agriculture pour qu’une nourriture saine soit encore abordable. La FAO ancrera aussi son rapport dans un contexte pandémique, sans oublier celui d’une inflation galopante. Le conflit en Ukraine, qui cause plusieurs bouleversements dans l’exportation des grains, risque aussi de faire partie de l’équation.

À voir en vidéo