Fin du masque dans les hôpitaux et le transport en commun en Ontario

Les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les transports en commun sont les derniers endroits en Ontario où les masques sont exigés.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les transports en commun sont les derniers endroits en Ontario où les masques sont exigés.

Le port du masque ne sera plus exigé dans les hôpitaux et les transports en commun en Ontario à partir du samedi 11 juin. Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore, a annoncé sa décision mercredi par voie de communiqué.

Selon le médecin hygiéniste de l’Ontario, l’exigence peut être éliminée dans ces milieux puisque le taux de vaccination est élevé et puisque la situation de la pandémie s’améliore. En fait, 87 % des Ontariens de plus de cinq ans ont obtenu deux doses de vaccin. D’après les dernières données du ministère de la Santé, 522 Ontariens atteints de la COVID sont actuellement hospitalisés.

Le masque continuera d’être exigé dans les foyers de soins de longue durée et dans les maisons de retraite, a fait savoir le Dr Moore. Il sera aussi recommandé dans d’autres lieux de vie collective qui posent un risque élevé de transmission, comme les refuges. Les organisations concernées par l’annonce de mercredi peuvent continuer à appliquer leur propre politique en matière de port du masque.

La levée des exigences annoncée aujourd’hui était initialement prévue pour le 27 avril dernier. Le médecin hygiéniste s’était toutefois ravisé le 22 avril et avait prolongé l’exigence jusqu’au 11 juin. Le Dr Moore avait pris cette décision alors que la province était en plein cœur de la sixième vague. Il disait à ce moment qu’il s’attendait à ce que la vague se dissipe à la fin du mois de mai.

Les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les transports en commun sont les derniers endroits dans la province où les masques sont exigés. Depuis le 21 mars, les Ontariens n’ont pas à porter le masque dans les épiceries, les amphithéâtres et plusieurs autres lieux publics. Plusieurs résidents de la province continuent de porter un couvre-visage malgré tout.

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo