Québec propose de plafonner les hausses de frais d’Hydro à 3%

Face aux forts taux d’inflation anticipés, le gouvernement de François Legault s’est engagé à réduire le fardeau imposé aux factures d'électricité des Québécois.
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Face aux forts taux d’inflation anticipés, le gouvernement de François Legault s’est engagé à réduire le fardeau imposé aux factures d'électricité des Québécois.

Chose promise, chose due. Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a présenté mercredi un court projet de loi afin de limiter la hausse des frais d’hydroélectricité à 3 %, sans être sûr de pouvoir l’adopter à temps.

L’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) confirme les intentions qu’il avait émises en mars. Face aux forts taux d’inflation anticipés l’an prochain, le gouvernement de François Legault s’était alors engagé à rouvrir la loi pour réduire le fardeau imposé aux Québécois.

« On fait face à une situation exceptionnelle, conjoncturelle, qui fait en sorte que, potentiellement, l’an prochain, il pourrait y avoir une hausse des tarifs de 4 %, 5 % », avait alors observé M. Julien.

Le nouveau texte de loi du ministre Julien tient sur quelques pages. Essentiellement, il ne fait qu’ajouter un article à la loi pour s’assurer que la hausse annuelle des frais ne dépasse pas « le taux supérieur de la fourchette de maîtrise de l’inflation de la Banque du Canada » — fixé à 3 %. Le gouvernement a jusqu’à vendredi pour faire adopter son projet de loi. Sans quoi, il devra être réintroduit après les élections.

Réaliste

 

Mercredi, M. Julien a assuré qu’avec le consentement des oppositions, tout était possible. « Il y a à peu près sept, huit articles. C’est su, c’est connu, c’est très simple. On verra pour la suite », a signifié le ministre de l’Énergie quelques instants après avoir présenté son texte législatif.

L’opposition officielle a vite fermé la porte. « On aura compris ce que [le gouvernement] présentera au cours de la campagne électorale. Nous, on va proposer de geler les tarifs, eux vont proposer de limiter les hausses », a lancé le leader parlementaire du Parti libéral du Québec, André Fortin, au Salon bleu mercredi.

Selon les groupes d’opposition, le gouvernement caquiste s’est lui-même placé dans cette fâcheuse situation. En 2019, il adoptait sous bâillon le projet de loi 34 « visant à simplifier le processus d’établissement des tarifs de distribution d’électricité ». Depuis, c’est l’inflation qui dicte la hausse annuelle des tarifs d’Hydro-Québec, pas la Régie de l’énergie.

« Ils ont commis une erreur historique avec le projet de loi qu’ils ont décidé d’adopter, un projet de loi que tout le monde critiquait, lançait en mars dernier la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade. Tout le monde était contre, sauf eux. »

À voir en vidéo