La Banque du Canada affirme qu’elle pourrait hausser son taux directeur jusqu’à 3,0%

Un sous-gouverneur de la Banque du Canada a prévenu jeudi que la banque centrale devrait peut-être augmenter son taux d’intérêt directeur à 3,0 % ou plus pour s’assurer que l’inflation ne s’enracine pas.

Dans le texte d’un discours prononcé jeudi devant la Chambre de commerce de Gatineau, Paul Beaudry a affirmé que la probabilité de voir les prix à la consommation grimper encore davantage signifiait que la banque centrale devrait peut-être pousser son taux directeur au moins à l’extrémité supérieure de sa fourchette « neutre », estimé entre 2,0 % et 3,0 %, où il ne stimule ni n’entrave la croissance.

Le travail préparatoire pour des hausses plus importantes fait suite à la forte augmentation imposée mercredi par la banque à son taux de référence, pour le porter à 1,5 %.

Selon M. Beaudry, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement pendant la pandémie ont duré plus longtemps que prévu, exacerbées par des événements inattendus comme l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les confinements en Chine pour se protéger de la COVID-19, qui ont forcé la banque à réagir rapidement pour mettre un frein à la flambée des prix.

M. Beaudry a noté que certains Canadiens estimaient que l’inflation se nourrissait déjà d’elle-même, entraînée par les attentes de biens encore plus coûteux alors que les salaires augmentent pour répondre à la hausse des prix, mais il soutient que des taux d’intérêt plus élevés équilibreront l’offre et la demande et atténueront les pressions inflationnistes.

L’inflation annuelle a atteint 6,8 % en avril, enregistrant sa hausse la plus rapide d’une année à l’autre en 31 ans, alors que le prix des biens, de l’essence aux aliments, continuaient de grimper.



À voir en vidéo