Fortes réactions aux mariages entre personnes de même sexe

Ottawa — Un électeur canadien sur cinq affirme que la position de son député sur le mariage entre personnes de même sexe pourrait influencer son vote à l'occasion des prochaines élections.

Un nouveau sondage mené par la firme Decima reflète l'importance qu'accordent les Canadiens à l'une des questions les plus explosives à avoir été débattues au Parlement ces dernières décennies.

«Les résultats démontrent qu'un [électeur] sur cinq dit que cette question et le vote de son député influenceront grandement ses intentions de vote», a déclaré en entrevue le sondeur Bruce Anderson.

«Cette question sociale comporte de possibles conséquences politiques, peut-être même davantage que ce que nous avons vu ces récentes années», a-t-il ajouté.

L'impuissance des libéraux fédéraux à remporter une victoire majoritaire, en juin dernier, pourrait faire en sorte que l'électorat canadien ait à se prononcer à ce sujet dès le printemps.

Les résultats du sondage sont rendus publics alors que les députés sont retour pour une période de six semaines dans leurs circonscriptions respectives, où plusieurs d'entre eux devront préciser leurs intentions quant à la question du mariage entre gens de même sexe.

Serment

Les conservateurs ont fait le serment de s'opposer jusqu'au dernier instant à ces unions.

«Nous parlons des institutions les plus fondamentales de notre société», a indiqué Pat O'Brien, représentant de la circonscription de London, en Ontario, et l'un des députés affirmant vouloir voter contre les mariages de personnes de même sexe.

Les électeurs s'intéressent habituellement aux questions économiques et aux soins de santé, mais les mariages homosexuels ont suscité parmi la population des réactions peu habituelles, a-t-il constaté.

«Rien ne se compare aux réactions obtenues parmi mes propres électeurs et à la grandeur du pays», a affirmé M. O'Brien.

Decima a sondé 1040 personnes partout au Canada, par téléphone, du 16 au 20 décembre. Les résultats de l'enquête sont jugés justes avec une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20. Le premier ministre Paul Martin a déjà fait savoir qu'un projet de loi afin de légaliser les mariages entre personnes de même sexe serait déposé aux Communes, début 2005. Son propre parti est divisé sur cette question, mais les observateurs s'attendent à que la loi soit adoptée avec le soutien du Bloc québécois et du Nouveau Parti démocratique (NPD).