58 000 $ pour la famille de Pierre Coriolan

L’homme avait été atteint par trois balles le soir du 27 juin 2017 lors d’une intervention policière.
GoFundMe L’homme avait été atteint par trois balles le soir du 27 juin 2017 lors d’une intervention policière.

La famille de Pierre Coriolan, mort sous les balles de policiers montréalais lors d’une intervention en 2017, a reçu la somme de 58 000 $ à la suite d’une entente conclue avec la Ville plus tôt cette semaine.

« Les deux parties en sont arrivées à une entente et les demanderesses ont reçu la somme autorisée de 58 000 $. Veuillez noter que, par respect pour le processus judiciaire, la Ville de Montréal ne fera pas d’autres commentaires à cet effet », ont indiqué par courriel au Devoir les autorités municipales.

La famille de M. Coriolan avait annoncé une entente à l’amiable mercredi, mais ses détails n’avaient pas été dévoilés. Les deux sœurs de l’homme de 58 ans, Yolande Antoine et Lizaline Coriolan, poursuivaient la Ville pour une somme totale de 163 426 $ à titre de dommages compensatoires, pécuniaires et punitifs.

Le Montréalais avait été atteint par trois balles lors d’une intervention policière, le soir du 27 juin 2017. Six agents étaient intervenus dans son logement à la suite d’un appel auprès du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) parce qu’il était en détresse psychologique et détruisait tout son domicile. Il tenait dans ses mains un couteau et un tournevis. L’intervention a duré près de cinq minutes.

Dans une enquête publiée l’an dernier, le coroner Luc Malouin avait conclu que les policiers avaient usé de méthodes « dépassées et aucunement mises à jour ». Son rapport, qui contient 16 recommandations, proposait notamment d’imposer aux policiers des formations annuelles sur les interventions auprès des personnes en crise et de privilégier une approche de désescalade des tensions.

-30-

À voir en vidéo