Le vieillissement des baby-boomers aura «des répercussions importantes»

Michaël Monnier Archives Le Devoir

Les baby-boomers, soit les personnes âgées de 56 à 75 ans, continuent d’être la génération comptant le plus de personnes au Canada. Conjuguée au vieillissement global de la population, l’avancée en âge de cette génération fait craindre « une crise des soins pour les aînés du Canada », indiquent les chercheurs de Statistiques Canada.

Bien que de nombreuses victimes de la pandémie de COVID-19 aient été des personnes âgées, ce sous-groupe de la population a continué de croître rapidement. En effet, la population âgée de 85 ans et plus est l’une des populations présentant la croissance la plus rapide, ayant augmenté de 12 % par rapport à 2016.

On compte 2,3 % de la population canadienne âgée de 85 ans et plus — et cette catégorie pourrait même tripler et atteindre près de 2,5 millions de personnes au cours des 25 prochaines années (d’ici 2046).

L’avancée en âge des baby-boomers ne sera pas sans conséquence. À mesure qu’un plus grand nombre de personnes atteignent l’âge de 85 ans ou plus, davantage de personnes « seront confrontées à des limitations et à des problèmes de santé à long terme », peut-on lire dans le rapport de Statistiques Canada.

L’augmentation du nombre de personnes dans cette tranche d’âge exercera une pression croissante sur les domaines comme le logement, les soins de santé et les soins à domicile et le transport. Des répercussions pourraient également être constatées sur les jeunes générations et sur les conjoints qui sont les aidants naturels de ces personnes âgées. Par exemple, « les soins prodigués de manière informelle tendent à être assumés par des femmes, de sorte que de plus en plus de femmes en âge de travailler se retrouvent à s’occuper de leurs parents ainsi que de leurs enfants », écrivent les chercheurs.

Deux fois plus de personnes âgées en 20 ans

C’est au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan, et en Colombie-Britannique que les proportions de personnes âgées de 85 ans ou plus au sein de la population totale étaient les plus élevées au pays. Cela s’explique principalement en raison des tendances qui diffèrent en matière de fécondité, de migration et d’espérance de vie entre les provinces et territoires.

Dans la Belle Province, ce sont dans les municipalités de Saint-Charles-Borromée, Pointe-Claire, Nicolet, Louiseville et au Lac-Mégantic qu’on retrouve les proportions les plus élevées de personnes âgées de 85 ans ou plus.


Le 2,3 % de la population canadienne âgée de 85 ans et plus représente 861 000 personnes, soit 90 000 personnes de plus qu’en 2016 et deux fois plus que lors du Recensement de 2001. La population centenaire, elle, s’est même accrue à un rythme encore plus rapide. De 2016 à 2021, cette population a augmenté de 16 %.

Le poids démographique des baby-boomers est toutefois en diminution depuis le dernier recensement, ayant diminué de 3,1 % entre 2016 et 2021. Cela s’expliquerait essentiellement en raison de la mortalité associée avec leur groupe d’âge, mais aussi parce qu’ils ont dépassé l’âge où les immigrants arrivent en grand nombre au pays.

À voir en vidéo