Vaste mobilisation pour le logement social à Montréal

Plusieurs centaines de personnes ont pris part à cette mobilisation, qui survient à l’approche du dépôt du prochain budget provincial et de la tenue d’une campagne électorale à l’échelle de la province.
Zacharie Goudreault Le Devoir Plusieurs centaines de personnes ont pris part à cette mobilisation, qui survient à l’approche du dépôt du prochain budget provincial et de la tenue d’une campagne électorale à l’échelle de la province.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi après-midi dans les rues du centre-ville de Montréal pour réclamer plus de logements sociaux et une garantie de la part du gouvernement du Québec que le programme AccèsLogis sera maintenu à long terme.

Les manifestants se sont d’abord réunis vers 13 h 30 dans une place publique située à proximité de l’Université Concordia avant d’entamer une marche sur la rue Sainte-Catherine et d’autres artères du cœur de la métropole, incluant les rues Peel et Sherbrooke. La marche de près d’une heure a abouti devant les bureaux montréalais du premier ministre François Legault, où des matelas, quelques meubles et des affiches ont été laissés sur place afin d’interpeller l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) sur la crise du logement abordable qui sévit à Montréal.

Photo: Zacharie Goudreault Le Devoir Des matelas, quelques meubles et des affiches ont été laissés sur place afin d’interpeller le premier ministre François Legault.

« Cette manifestation prébudgétaire, elle vise à interpeller le premier ministre lui-même pour lui demander de faire de cette crise du logement une priorité budgétaire et d’investir massivement dans le logement social, au moment où les voix se multiplient pour demander ces investissements », a expliqué au Devoir Véronique Laflamme, la porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), à l’origine de cette mobilisation.

« Privatiser le logement social »

De nombreux drapeaux marqués du logo de Québec solidaire ont d’ailleurs été brandis pendant cette manifestation, à laquelle a notamment pris part le co-porte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois. Ce dernier accueille lui aussi avec scepticisme le nouveau programme de logements abordables du gouvernement Legault.

« De plus en plus d’indices nous permettent de croire que c’est en fait une stratégie de la CAQ pour privatiser le logement social au Québec. On a de plus en plus l’impression qu’en douce, la CAQ est en train de détruire un élément clé du modèle québécois, qui est d’avoir des logements sociaux et des logements à but non lucratif au Québec », a lancé M. Nadeau-Dubois, en entrevue au Devoir. « C’est excessivement inquiétant. »

Présente à cette manifestation, la coordonnatrice de la Table des groupes de femmes de Montréal, Véronique Martineau, a déploré que la crise du logement qui sévit à Montréal affecte particulièrement les femmes, dont le revenu moyen demeure en deçà de celui des hommes.

« Si on laisse le privé s’emparer complètement du marché du logement, ça va empirer la crise du logement alors que ce qu’il faut faire, c’est de la freiner. »

« Les femmes font de plus en plus face à des reprises de logements, à des évictions et à des hausses de loyer », a-t-elle soupiré. Mme Martineau demande elle aussi au gouvernement Legault de prioriser la construction de logements sociaux plutôt que le financement de logements abordables réalisés par le secteur privé. « Pensez-vous vraiment que ces promoteurs seront assez soucieux pour tenir compte des besoins des femmes dans toute leur diversité ? », a-t-elle lancé.

La mobilisation a pris fin peu avant 15 h.

À voir en vidéo