La police se positionne pour évacuer le pont frontalier à Windsor

La police s’est positionnée samedi matin aux abords du pont Ambassador pour déloger les manifestants anti-mesures sanitaires.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne La police s’est positionnée samedi matin aux abords du pont Ambassador pour déloger les manifestants anti-mesures sanitaires.

La police s’est positionnée samedi matin aux abords du pont Ambassador pour déloger les manifestants anti-mesures sanitaires qui bloquent cet axe frontalier majeur entre le Canada et les États-Unis depuis lundi, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Nous exhortons tous les manifestants à agir en respectant la loi et de façon pacifique », a tweeté samedi matin la police de Windsor, où est situé le pont, en annonçant avoir commencé son intervention. Elle demande aux habitants d’éviter le secteur.

Des dizaines d’agents et de véhicules sont arrivés sur place après 8h et ont pris position face à la cinquantaine de manifestants installés dans leurs camions pour paralyser le pont qui relie Windsor en Ontario à la ville américaine de Détroit.

La Cour supérieure de l’Ontario avait ordonné vendredi le départ de ces manifestants installés depuis lundi sur cet axe frontalier majeur entre les deux voisins américains, un blocage qui a poussé Washington à intervenir auprès du gouvernement Trudeau.

Mais l’injonction n’avait pas ébranlé les manifestants, qui se disaient déterminés à aller jusqu’au bout de leur action.

La fermeture a entraîné des perturbations pour l’industrie automobile des deux côtés de la frontière.

La contestation anti-mesures sanitaires qui secoue le Canada depuis deux semaines est partie au départ du mouvement de camionneurs canadiens contre l’obligation vaccinale pour passer la frontière avec les États-Unis. Les manifestants, qui bloquent la capitale fédérale Ottawa et plusieurs axes frontaliers importants avec les États-Unis, réclament maintenant la levée de toutes les restrictions sanitaires.

À voir en vidéo