Opposition contre la démolition d’un bâtiment de l’architecte Jean-Marie Roy

Le collège Saint-Damien-de- Buckland, construit en 1958,  sera démoli pour faire place à une école primaire.
Francis Vachon Le Devoir Le collège Saint-Damien-de- Buckland, construit en 1958, sera démoli pour faire place à une école primaire.

« C’est malheureux, mais le Québec se donne de plus en plus une réputation non enviable de champion en matière de démolition », observe le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) en considérant le cas de la démolition, programmée par le ministère de l’Éducation, du collège Saint-Damien-de-Buckland. Ce bâtiment multifonction en béton, dessiné par l’architecte de renom Jean-Marie Roy, est appelé à disparaître dans la foulée d’un projet de construction d’une nouvelle école primaire qui implique le déménagement de l’ensemble de ses autres occupants.

Une école primaire toute neuve, « conforme au principe de développement durable », affirme le ministère de l’Éducation, doit être construite, au coût de 20 millions de dollars, dans cette municipalité située à 70 kilomètres de Québec, rapportait Le Devoir il y a quelques jours. Le ministre Jean-François Roberge et le directeur général du Centre de services scolaire de la Côte-du-Sud, Jean-Marc Jean, ont souligné en décembre qu’il est plus économique de construire une nouvelle école primaire des Rayons-de-Soleil que de rénover ce grand bâtiment qui abrite plusieurs autres services. En 2018, la facture pour rénover l’ensemble du bâtiment était estimée à 24 millions.

Photo: Francis Vachon Le Devoir Vue aérienne du collège Saint-Damien-de-Buckland

Action patrimoine vient de manifester son opposition à cette démolition et à ces calculs, soulignant auprès de la municipalité que « l’architecture de ce bâtiment ainsi que celle des pavillons qui lui sont rattachés sont uniques sur le territoire de Bellechasse ». Action patrimoine est un organisme national qui, depuis 1975, œuvre à protéger et à mettre en valeur le patrimoine bâti et les paysages culturels. « Des édifices comme le collège sont polyvalents et peuvent être adaptés aux besoins actuels de la communauté », juge-t-on. L’organisme invite le maire de l’endroit, Sébastien Bourget, à utiliser les dispositions de la Loi sur le patrimoine culturel afin de protéger le bâtiment en le citant.

Récupérer les bâtiments

 

Dans une lettre adressée à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, le 1er février, la députée de Québec solidaire Catherine Dorion la presse d’intervenir. « Le projet de démolition du collège multifonction à Saint-Damien-de-Buckland est tout simplement un non-sens qui va à l’encontre des bonnes pratiques en matière de patrimoine bâti et de conservation », indique-t-elle. Mme Dorion rappelle qu’« une démolition entraîne une production énorme de déchets ». Sans compter que « les nouvelles constructions nécessitent aussi beaucoup de ressources ». Selon la politicienne, « l’ère de la célébration du neuf à tout prix et de l’obsolescence programmée » appartient au passé. « Nous avons tous bien plus besoin de continuité que de cette fièvre de la construction fast-food” », indique la députée de Taschereau, qui considère que ce projet est une insulte à la sensibilité des Québécois pour leur patrimoine.

Pour le GIRAM, la question de la récupération au Québec ne doit pas concerner que le papier et le plastique. Plus de deux millions de tonnes d’édifices sont jetées chaque année chez nous sans qu’on en fasse de cas, regrette le Groupe. « Le bâtiment le plus écologique et le plus vert est celui qui existe déjà. » Au nom « du développement durable dont se réclame le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, le GIRAM demande qu’on se penche davantage sur l’ensemble des impacts de l’option démolition », sans passer sous silence, dans l’équation, « les coûts de remplacement des espaces pour reloger les autres fonctions actuellement abritées [par ce bâtiment] : résidence pour aînés, bureaux municipaux, maison de la culture, salle de spectacle, bibliothèque municipale et organismes communautaires ».

À voir en vidéo