Le premier ministre de l’Ontario en visioconférence au volant

Le leader du Parti progressiste-conservateur l’a lui-même confirmé à l’antenne du réseau CP24 pendant qu’il conduisait, contrevenant ainsi, selon un expert, aux règles concernant la conduite inattentive.
Photo: Capture d'écran Twitter Le leader du Parti progressiste-conservateur l’a lui-même confirmé à l’antenne du réseau CP24 pendant qu’il conduisait, contrevenant ainsi, selon un expert, aux règles concernant la conduite inattentive.

Doug Ford a informé la population ontarienne lundi au volant de son camion, lors d’un appel vidéo, qu’il se déplaçait dans les rues de Toronto pour aider les automobilistes pris dans la neige, bien que la police municipale ait recommandé aux résidents de rester à maison.

Près de 60 centimètres de neige sont tombés sur le sud de l’Ontario depuis dimanche soir, forçant la fermeture d’autoroutes et d’écoles. La situation était si sérieuse en matinée que la police de Toronto a demandé aux résidents de ne pas prendre la route à moins que le déplacement soit « absolument nécessaire ».

Le premier ministre Doug Ford, qui habite le quartier Etobicoke, à l’ouest du centre-ville, est toutefois sorti de chez lui porter secours à des automobilistes. Le leader du Parti progressiste-conservateur l’a lui-même confirmé à l’antenne du réseau CP24 pendant qu’il conduisait, contrevenant ainsi, selon un expert, aux règles concernant la distraction au volant. Il est interdit pour les conducteurs de « consulter un écran non lié à la conduite, comme regarder une vidéo », selon la réglementation ontarienne.

Maurice Masliah, consultant en sécurité routière, précise que le premier ministre ne figure pas parmi les individus exemptés des règlements sur l’utilisation des écrans au volant en vertu du Code de la route, comme la police et les pompiers. « Le premier ministre semble contrevenir à cet article du Code de la route », indique-t-il.

Les contrevenants s’exposent à une amende variant entre 615 $ et 1000 $ s’ils sont pris en flagrant délit. Trois points d’inaptitude sont aussi ajoutés au dossier. En après-midi, une porte-parole du Service de police de Toronto a par contre déclaré au Devoir qu’aucune plainte n’avait été formulée à la police et que le service n’enquêterait pas sur le dossier pour l’instant.

Conduite dangereuse

Entre 2015 et 2019, près d’une collision mortelle sur cinq impliquait une forme de distraction du conducteur, selon une analyse de Transports Canada. Quarante-cinq des 305 décès survenus sur les routes ontariennes en 2020 étaient attribuables à un manque d’attention de la personne au volant, d’après les données de la Police provinciale de l’Ontario.

« Le manque d’attention au volant est la cause principale de collision, de blessure et de décès sur nos routes. Pas la conduite en état d’ébriété. Pas la vitesse », souligne l’Association des chefs de police de l’Ontario dans une brochure publiée en 2019. Selon Maurice Masliah, le risque de collision du premier ministre, pendant qu’il regardait la caméra durant l’entrevue, était environ 2,5 fois plus élevé qu’en temps normal.

Dans la voiture du PM

Le premier ministre est tant bien que mal venu en aide à des Torontois. Une vidéo publiée en après-midi le montrait, pelle en main, dans la rue. Vers 10 h, le premier ministre a même reconduit à la maison Eddy Kandic, un résident d’Etobicoke, après qu’il a été pris dans sa voiture pendant près de deux heures. « Je vois une camionnette bleue arriver sur la rue, et c’était Doug Ford, j’étais sous le choc », a raconté le jeune homme au Devoir.

« Il m’a demandé si j’étais coincé, puis il m’a dit “Embarque, je vais te reconduire à la maison” », poursuit Eddy Kandic. Le Torontois a finalement immortalisé la rencontre dans une vidéo publiée sur l’application TikTok. « Je suis un chauffeur de taxi aujourd’hui », lance le premier ministre au volant de son camion.

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo