Quel est le taux de vaccination des enfants de 5-11 ans dans votre région?

Même si la campagne de vaccination des jeunes de 5 à 11 ans a commencé il y a près de deux mois, à peine plus de la moitié d’entre eux (57,3 %) ont reçu une première dose en date du 12 janvier.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Même si la campagne de vaccination des jeunes de 5 à 11 ans a commencé il y a près de deux mois, à peine plus de la moitié d’entre eux (57,3 %) ont reçu une première dose en date du 12 janvier.

Malgré la prolifération des cas de COVID-19 liés au variant Omicron, le gouvernement du Québec a confirmé mercredi qu’il maintenait le retour des élèves en classe dès le lundi 17 janvier. Même si la campagne de vaccination des jeunes de 5 à 11 ans a commencé il y a près de deux mois, à peine plus de la moitié d’entre eux (57,3 %) ont reçu une première dose en date du 12 janvier. Mais cette proportion varie énormément d’une région à l’autre : de 15 à 87 %.

Vos voisins ou les camarades de classe de vos enfants sont-ils massivement vaccinés, ou très peu ? Entrez le nom de votre région pour découvrir les taux de vaccination à des niveaux géographiques plus précis, exprimés par centre de services scolaire (CSS), par centre local de services communautaires (CLSC) ou par municipalité régionale de comté (MRC).


Méthodologie

Le Devoir a compilé les données de vaccination des enfants de 5 à 11 ans à partir de données fournies par les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et les Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS). Le niveau granulaire varie de l’un à l’autre puisque la demande initiale concernait les taux de vaccination par école primaire.

Le CIUSSS de l’Estrie a refusé de fournir ces données au Devoir. Les données du CIUSSS du Saguenay-Lac-St-Jean ventilées par CSS ont été retirées puisqu’elles ne comptabilisaient que les enfants vaccinés en milieu scolaire, soit environ 34% d’entre eux. Le CISSS de l'Outaouais a retiré les données de vaccination du CSS des Haut-Bois-de-l'Outaouais.

La Mauricie-et-Centre-du-Québec, la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine n’ont fourni des données que pour l’ensemble du territoire. La Capitale-Nationale, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Outaouais, les Laurentides et Lanaudière ont fourni les données selon les centres de services scolaires. Chaudière-Appalaches a partagé ses données par CLSC, l’Abitibi-Témiscamingue, par MRC, la Montérégie, par réseaux locaux de santé (RLS), Laval, par secteur de recensement et Montréal, par territoire de voisinage de résidence. Le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James ont plutôt classé ces données par communauté.

Les demandes ont été effectuées le 6 janvier, mais la date de référence varie selon la région. Les CISSS et CIUSSS du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches, de Lanaudière, des Îles-de-la-Madeleine et de l’Abitibi-Témiscamingue ont fourni les données en date du 6 janvier, alors que ceux de Laval, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et des Laurentides en date du 7 janvier. Les données de Montréal, de la Capitale-Nationale, des Terres-Cries-de-la-Baie-James, de la Gaspésie et de la Montérégie datent quant à elles du 10 janvier et celles de l’Outaouais, du 12 janvier.

Enfin, les données du Nunavik datent du 17 décembre, ce qui pourrait refléter un décalage avec la situation actuelle. La régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik assure que « les efforts de promotion et d’offre de vaccination pour ces tranches d’âges ont eu lieu avant le 17 décembre, mais se poursuivent ». Elle justifie le retard de compilation par la complexité des listes populationnelles.



À voir en vidéo