Le SPVM reporte un forum sur la violence armée en raison de la pandémie

Le SPVM a expliqué qu’il est important pour son équipe que ce forum permette à ses participants de se réunir en personne. L’option d’un événement virtuel n’est donc pas dans les cartons du corps de police.
Photo: Fabien Barnoud Le Devoir Le SPVM a expliqué qu’il est important pour son équipe que ce forum permette à ses participants de se réunir en personne. L’option d’un événement virtuel n’est donc pas dans les cartons du corps de police.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) reporte « à une date ultérieure » un forum sur les violences armées qui devait avoir lieu à la fin du mois, dans la foulée de la montée « fulgurante » des cas de COVID-19 liés au variant Omicron. Une décision décriée par l’opposition officielle à l’hôtel de ville.

Cet événement, qui devait initialement avoir lieu les 26 et 27 janvier, vise à réunir des intervenants des milieux communautaires et institutionnels pour discuter, aux côtés du SPVM, de solutions à la montée de la violence armée dans la métropole. Dans les derniers mois, de nombreuses fusillades ont eu lieu, notamment dans des quartiers du nord et de l’est de la métropole, faisant plusieurs victimes collatérales, incluant des adolescents. Des gangs criminels seraient en cause dans plusieurs de ces événements.

Or, « compte tenu de la montée fulgurante des cas liés à l’apparition du variant Omicron et du resserrement actuel des mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus [causant la] COVID-19, le Service de police de la Ville de Montréal, en accord avec la Ville de Montréal, a pris la décision de reporter la tenue du forum contre la violence armée qui était initialement prévu les 26 et 27 janvier prochains à une date ultérieure », indique un communiqué émis vendredi après-midi par le corps de police.

Joint par Le Devoir, le SPVM a expliqué qu’il est important pour son équipe que ce forum permette à ses participants de se réunir en personne pour que la discussion soit plus fructueuse. L’option d’un événement virtuel, comme continuent d’en organiser plusieurs organisations, incluant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, n’est donc pas dans les cartons du corps de police. Le cabinet de la mairesse Valérie Plante a pour sa part indiqué avoir accepté que ce forum soit reporté après avoir reçu « une demande formelle » de la part du corps de police.

« C’est une rencontre importante pour notre administration et nous avons hâte d’entendre l’ensemble des décideurs et groupes communautaires dans le cadre de ce forum contre la violence armée », a indiqué par écrit Marikym Gaudreault, attachée de presse au cabinet de la mairesse. Le SPVM assure d’ailleurs que ce forum aura lieu « dès que le contexte sanitaire permettra de le faire de manière sécuritaire ».

Appelée à réagir, l’opposition officielle à l’hôtel de ville, Ensemble Montréal, a déploré cette décision du SPVM. « Après deux ans de pandémie, j’ai de la difficulté à comprendre qu’on ne puisse pas se tourner vers la visioconférence pour que tout le monde puisse donner son opinion pendant ce forum », a déploré au Devoir le vice-président de la Commission de la sécurité publique, Abdelhaq Sari. Les séances du conseil municipal, rappelle-t-il, se tiennent en format virtuel depuis les premiers mois de la pandémie.

« On continue à travailler et on trouve des alternatives, surtout quand c’est des événements d’importance », renchérit l’élu d’opposition.

L’annonce du report de ce forum survient au lendemain de la présentation du budget du SPVM par son directeur, Sylvain Caron. Ce dernier a alors indiqué que la métropole fait face, depuis 2019, à « une situation hors du commun en matière de violence par armes à feu ». Le budget 2022 du SPVM a d’ailleurs été gonflé de 45 millions de dollars par rapport à celui de 2021, en partie pour financer la lutte du corps de police contre les armes à feu et le crime organisé.

À voir en vidéo