La police de Québec a réintégré trois des cinq agents suspendus

Les trois agents ont pu renouer avec la patrouille le 20 décembre dernier, soit 20 jours après leur suspension.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Les trois agents ont pu renouer avec la patrouille le 20 décembre dernier, soit 20 jours après leur suspension.

Sans fanfare, le service de police de la Ville de Québec a réintégré dans ses rangs trois des cinq policiers suspendus dans la foulée des violentes interpellations filmées et amplement diffusées avant les Fêtes.

« Nous confirmons le retour de trois des cinq policiers dans leurs fonctions régulières, soit dans l’Unité GRIPP », écrit la police de la capitale dans un communiqué émis en milieu de journée, vendredi. L’Unité GRIPP est notamment responsable de la surveillance des bars. C’est elle qui a défrayé la manchette pour la violence d’interpellations survenues à proximité du Dagobert, au restaurant Portofino de Sainte-Foy et au bar Le District, sur la rue Saint-Joseph.

Le SPVQ ne précise pas dans lequel de ces événements les trois policiers ont été impliqués, ni quel rôle ils y ont joué.

 

Les trois agents ont pu renouer avec la patrouille le 20 décembre dernier, soit 20 jours après leur suspension.

« La direction du Service de police, en collaboration avec le Module des normes professionnelles, a pris la décision de ramener ces trois policiers au travail […] à la suite de l’évaluation de leur rôle dans les interventions faisant l’objet d’une enquête évolutive au SPVQ », explique le service de police par communiqué.

L’enquête disciplinaire ouverte par la police de Québec dans la foulée des événements se poursuit et doit encore déterminer si des fautes professionnelles ont été commises par les agents. « Nous rappelons également que l’enquête du Commissaire à la déontologie est toujours en cours et que nous devons attendre la conclusion de celle-ci avant d’appliquer, s’il y a lieu, des sanctions disciplinaires », termine le SPVQ.

À voir en vidéo