Quatre pénitenciers au Québec pourraient manquer de personnel

Le syndicat affirme par ailleurs que l’Établissement La Macaza, l’Établissement Donnacona, l’Établissement Joliette pour femmes et le Centre régional de réception, à Sainte-Anne-des-Plaines, sont présentement à risque de manquer de personnel. Mais Service correctionnel Canada se veut rassurant.
Photo: Darryl Dyck Archives La Presse canadienne Le syndicat affirme par ailleurs que l’Établissement La Macaza, l’Établissement Donnacona, l’Établissement Joliette pour femmes et le Centre régional de réception, à Sainte-Anne-des-Plaines, sont présentement à risque de manquer de personnel. Mais Service correctionnel Canada se veut rassurant.

Le syndicat des agents correctionnels fédéraux affirme que quatre établissements au Québec sont « très près » de connaître une pénurie de personnel, alors que de plus en plus d’employés reçoivent des résultats de dépistage positifs à la COVID-19.

Mario Guilmette, vice-président pour le Québec du Syndicat des agents correctionnels du Canada, a indiqué que le Service correctionnel travaillait sur un protocole à mettre en place dans les pénitenciers fédéraux du Québec en cas de pénurie de personnel.

En vertu de ce protocole, les travailleurs qui sont considérés comme des « contacts étroits » d’une personne déclarée positive pourraient être appelés à reprendre le service après s’être isolés pendant huit jours plutôt que 10.

La porte-parole de Service correctionnel Canada, Marie Pier Lécuyer, a indiqué que mercredi, 322 employés à travers tout le pays étaient déclarés positifs ; ils étaient 248 il y a une semaine.

Le Service correctionnel fait par ailleurs état dans un communiqué jeudi d’une éclosion au Centre fédéral de formation à Laval. Dans cet établissement à sécurité minimale et moyenne, 14 détenus et 19 employés sont infectés par le coronavirus, indique-t-on.

Les visites en personne sont d’ailleurs temporairement suspendues à cet établissement d’une capacité totale de 454 places. Le Service correctionnel assure que 90,3 % des détenus à Laval sont pleinement vaccinés et 92,2 % ont reçu au moins une dose.

Quatre autres établissements « à risque »

Le syndicat affirme par ailleurs que quatre établissements fédéraux au Québec sont présentement à risque de manquer de personnel : l’Établissement La Macaza, l’Établissement Donnacona, l’Établissement Joliette pour femmes et le Centre régional de réception, à Sainte-Anne-des-Plaines.

Mme Lécuyer assure que les niveaux de dotation dans les établissements fédéraux au Québec sont actuellement « adéquats » pour assurer la sécurité des activités.

Selon elle, le Service correctionnel n’a rappelé au travail aucun employé déclaré positif jusqu’à ce qu’il soit complètement rétabli. L’agence a toutefois mis en place un protocole pour rappeler au besoin des employés afin de maintenir « des services de sécurité publique essentiels », explique Mme Lécuyer.

À voir en vidéo