Les vieux BlackBerry vont cesser de fonctionner

L’entreprise établie à Waterloo, en Ontario, va procéder à la désactivation de ses services pour les modèles BlackBerry 7.1 OS et toutes les versions antérieures.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne L’entreprise établie à Waterloo, en Ontario, va procéder à la désactivation de ses services pour les modèles BlackBerry 7.1 OS et toutes les versions antérieures.

De nombreux modèles de téléphones intelligents BlackBerry vont cesser de fonctionner dès mardi alors que l’entreprise va mettre fin à plusieurs de ses services.

L’entreprise établie à Waterloo, en Ontario, va procéder à la désactivation de ses services pour les modèles BlackBerry 7.1 OS et toutes les versions antérieures. Même chose pour le logiciel BlackBerry 10, le BlackBerry PlayBook OS 2.1 et ses versions antérieures.

Cette nouvelle étape s’inscrit dans la transition de BlackBerry qui abandonne la production de téléphones pour se consacrer au développement de logiciels.

La mise hors service n’affectera pas les appareils BlackBerry qui fonctionnent grâce à des systèmes d’exploitation Android.

En fait, l’annonce signifie que tous les appareils qui utilisent encore les services et les logiciels de BlackBerry pour les connexions cellulaires ou Wi-Fi n’auront plus accès à des fonctionnalités fiables en matière de communication téléphonique, de données, de messagerie texte ou même de service d’urgence 911.

La compagnie BlackBerry, précédemment connue sous le nom de Research In Motion, a été fondée par Mike Lazaridis et Doug Fregin en 1984. Ses premiers appareils commercialisés sous la marque BlackBerry remontent aux années 1990 avec des téléavertisseurs capables de recevoir des courriels. Elle a plus tard occupé une place importante au début de l’ère des appareils intelligents.

Ses utilisateurs adoraient son clavier permettant d’écrire de longs messages très facilement. Les communications du système BlackBerry Messenger étaient également prisées parce que les utilisateurs pouvaient échanger de manière sécurisée en partageant un code d’identification unique.

Les appareils BlackBerry ont connu une immense popularité et comptaient parmi leurs adeptes des célébrités comme l’ancien président américain Barack Obama et la vedette de téléréalité Kim Kardashian.

De nombreux utilisateurs ont toutefois fait le saut dans le camp d’Apple avec l’apparition des modèles iPhone alors que d’autres ont succombé à la large gamme d’appareils fonctionnant sur le système Android. BlackBerry a alors connu une chute vertigineuse.

L’entreprise a éventuellement commencé à prioriser le développement de logiciels et de services de sécurité, notamment en développant le système QNX business, conçu pour l’industrie automobile, mais offert sous licence aux manufacturiers de téléphones.

À voir en vidéo