La Ville de Québec renoue avec Radio X

Aucune date n’est arrêtée concernant le retour des publicités de la Ville à Radio X.
Photo: Francis Vachon (Archives) Le Devoir Aucune date n’est arrêtée concernant le retour des publicités de la Ville à Radio X.

Après l’avoir boudée pendant plus d’un an, l’administration municipale de la Capitale-Nationale renoue avec Radio X. La Ville de Québec s’apprête à recommencer l’achat d’espaces publicitaires sur les ondes de CHOI, une station très critique envers la gestion de la COVID au Québec – et très critiquée pour ses prises de position.

Aucune date n’est arrêtée concernant le retour des publicités de la Ville à Radio X.

Le maire Bruno Marchand explique que « quand la Ville aura besoin de diffuser un message aux gens qui écoutent Radio X, des messages d’intérêt public, on va le faire ». Une volonté qui tranche avec celle de son prédécesseur, Régis Labeaume, qui avait mis fin le 28 septembre 2020 à tous les liens d’affaires entre la Ville et CHOI.

L’ancien maire en faisait un principe de santé publique, accusant la station et ses animateurs vedettes de propager de fausses informations au sujet de la pandémie et d’en minimiser la gravité.

Des gens reconnus pour leur adhésion à des théories du complot de tout acabit, notamment l’actrice Lucie Laurier et l’ancien leader syndical Ken Pereira, ont défilé au micro de la station. Dan Marino, propriétaire du Méga Fitness Gym connu après être devenu le berceau d’une éclosion ayant mené à près de 700 cas de COVID-19 à Québec, était lui aussi un habitué de la maison.

Au moment de retirer son placement publicitaire, la Ville de Québec diffusait deux campagnes totalisant une somme de 9000 $. Les pertes de revenus avaient toutefois largement dépassé ce montant pour CHOI, une dizaine d’entreprises ayant décidé d’emboîter le pas et de retirer à leur tour leur publicité de l’antenne.

Une nouvelle administration a pris le pouvoir à Québec et avec elle, une nouvelle philosophie dicte maintenant la prise de décision. La position du maire Marchand n’a pas changé depuis la campagne électorale. Pour lui, « l’argent public ne peut pas devenir de l’argent politique. »

Le jour où le maire utilise de l’argent public pour faire des débats politiques, je pense qu’on a un problème démocratique.

Il souligne que des médias peuvent diffuser des contenus « avec lesquels il peut être en total désaccord. » Selon lui, la Ville n’a pas à faire la censure des opinions.

« Ça n’empêche pas que je suis pour les mesures sanitaires, je suis pro vaccination, je souhaite que les gens aillent se faire vacciner, que les gens appliquent les mesures de distanciation », insiste le maire de Québec.

À voir en vidéo