Des scénarios de couvre-feu et confinement sur la table

Des resserrements des mesures sanitaires qui pourraient inclure le retour d’un couvre-feu et du confinement sont à l’étude en prévision d’une annonce du premier ministre François Legault, a indiqué une source gouvernementale au Devoir.

M. Legault a déclaré mardi sur les réseaux sociaux qu’il annoncera sa décision mercredi, lors d’une conférence de presse à Montréal.

Dès lundi des scénarios ont été soumis aux députés de la Coalition avenir Québec lors d’un caucus qui a précédé l’annonce de resserrements par le ministre de la Santé Christian Dubé.

Ces discussions ont aussi précédé le dévoilement au premier ministre de nouvelles projections des effets de l’apparition du variant Omicron sur le réseau de la santé.

Durant cette rencontre, lundi, les députés ont discuté de la possibilité d’imposer de nouvelles restrictions à partir du dimanche 26 décembre.

Ces mesures incluaient le retour d’un couvre-feu et la possibilité d’un confinement.

Selon les informations obtenues par Le Devoir, aucune décision n’était encore prise par le gouvernement mardi en soirée.

La principale difficulté réside dans le fait que la sévérité des symptômes d’Omicron, et son effet sur le nombre d’hospitalisations, continue d’être extrêmement difficile à établir.

La transposition au Québec de l’évolution du variant à partir de données provenant d’autres pays est une opération complexe, nous a-t-on expliqué.

Chose certaine, l’imposition d’un couvre-feu est perçue comme un moyen plus efficace que le retour du confinement total, qui en plus de rétablir la notion de bulle familiale, signifierait la fermeture des commerces non essentiels.

Les données sur les risques de contamination indiquent notamment que les risques de contamination sont plus élevés dans les rassemblements à l’intérieur, comme dans les résidences privées, que dans les commerces.

La capacité des commerces et des restaurants a d’ailleurs déjà été réduite de moitié la semaine dernière lors d’une annonce de M. Legault.

Lundi, M. Dubé a ensuite donné un nouveau tour de vis aux mesures sanitaires en annonçant la fermeture des écoles avant la date prévue. Les bars ont également été fermés et le télétravail obligatoire a été rétabli.

Plusieurs facteurs sont pris en considération dans l’évaluation des mesures qui pourraient être imposées à partir du dimanche 26 décembre, notamment leurs effets sur la santé mentale et le taux d’adhésion qu’elles susciteraient.



À voir en vidéo