Quand doit-on utiliser un test de dépistage rapide?

Chaque Québécois a droit à cinq tests de dépistage rapide par période de 30 jours. Que faire de cette précieuse trousse ? Les réponses de trois experts.

Quand utiliser les tests ?

Le gouvernement québécois les recommande lorsqu’une personne présente des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19. « En l’absence de symptôme, les tests rapides ne devraient pas être utilisés, écrit Québec dans son guide sur Internet. Exceptionnellement, avant de visiter une personne très vulnérable, il est recommandé de faire un test rapide. »

Selon les experts consultés, les personnes asymptomatiques devraient aussi recourir aux tests de dépistage rapide.

 

La Dre Caroline Quach-Thanh, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, conseille aux gens de les utiliser « juste avant d’aller à un rassemblement », par exemple une heure avant un souper familial. « Ça permet de détecter les excréteurs asymptomatiques qui ont une haute charge virale », explique-t-elle. Elle précise que les gens atteints de la COVID-19 peuvent être contagieux deux jours avant l’apparition des symptômes. « À ce moment-là, la charge virale est très élevée », poursuit-elle.

Nathalie Grandvaux, directrice du Laboratoire de recherche sur la réponse de l’hôte aux infections virales du CHUM, rappelle qu’il faut répéter le test chaque fois que l’on assiste à un rassemblement.

Mais pourquoi Québec les recommande-t-il uniquement lorsqu’on rend visite à « une personne très vulnérable » ? « En fait, ce qu’ils nous disent, c’est qu’il n’y a pas assez de tests pour que tout le monde fasse tout, tout le temps, répond la Dre Quach-Thanh. Mais si vous en avez parce que l’école ou le bureau vous en a donné, ou parce que vous en avez acheté, eh bien, vous pouvez le faire. »

Si notre nombre de tests est limité, on les utilise lors de rassemblement où il y a des personnes vulnérables, comme des nouveau-nés ou des personnes âgées, indique la Dre Quach-Thanh.

Quelle est leur efficacité ?

Les tests détectent de 80 à 90 % des personnes symptomatiques infectées, selon le Dr André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherches cliniques de Montréal. « Oui, on va peut-être manquer 10 % des gens, mais si on les manque, ce sont des gens qui sont probablement moins infectieux. » De toute façon, ajoute le médecin, les gens qui ont des symptômes ne devraient pas prendre part à des rassemblements. « Si c’est le rhume ou la grippe, il faut aussi être responsable et s’arranger pour ne pas la donner à d’autres », souligne-t-il.

Dans le cas des asymptomatiques, les tests dépistent 40 % des personnes atteintes de la COVID-19, selon la Dre Quach-Thanh. Ce taux d’efficacité date de l’époque de la première souche de COVID-19. « On a l’impression qu’avec les variants Delta et Omicron, la charge virale étant plus élevée, il est possible que ce soit meilleur que ça », ajoute-t-elle.