« Je sais que j’ai déçu beaucoup de monde », reconnaît François Legault

Le premier ministre François Legault en conférence de presse, jeudi. 
Photo: Paul Chiasson La Presse candienne Le premier ministre François Legault en conférence de presse, jeudi. 

Au moment où des projections inquiétantes entourent la progression rapide du variant Omicron de la COVID-19 au Québec, le premier ministre François Legault a tenu à revenir samedi sur la décision de son gouvernement d’imposer de nouvelles restrictions sanitaires dans la province, à quelques jours de Noël.

« Je sais que j’ai déçu beaucoup de monde et vous pouvez être fâchés contre moi ou contre la situation, c’est normal », a écrit samedi matin sur sa page Facebook le premier ministre dans un long message adressé aux Québécois.

Après des mois d’accalmie marqués par des assouplissements aux règles sanitaires, le gouvernement Legault a annoncé jeudi soir une série de restrictions à l’approche du temps des Fêtes, ce qui a ravivé de douloureux souvenirs pour plusieurs Québécois. La capacité d’accueil des commerces, des salles à manger des restaurants et des bars retournera notamment à 50 % à partir de lundi, tandis que les rassemblements du temps des Fêtes seront limités à 10 personnes. La danse et le chant seront aussi de nouveau interdits dans les bars à partir de lundi, tandis que la rentrée scolaire en présentiel pour les élèves du secondaire est reportée au 10 janvier.

« Je ne vous cacherai pas que ça m’a fait mal » d’annoncer ces mesures, a écrit le premier ministre, qui se désole notamment pour les restaurateurs et les responsables de salles de spectacle, « qui voyaient enfin la lumière au bout du tunnel ».


 

« On n’a jamais vu quelque chose d’aussi foudroyant depuis le début de la pandémie », a ajouté l’élu.

Or, en plus d’être plus contagieux que la variant Delta, toujours dominant dans la province, le variant Omicron pourrait présenter une certaine résistance aux vaccins contre la COVID-19. Les différents scénarios émis jeudi par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), bien que « préliminaires », dressent d’ailleurs tous un portrait sombre des répercussions du variant Omicron sur la situation sanitaire au Québec. Les graphiques publiés montrent que le nombre de cas quotidiens pourrait atteindre une moyenne de plus de 4000 dans les prochaines semaines, tandis que 200 nouvelles hospitalisations pourraient être rapportées chaque jour. Un pic serait atteint à l’approche du mois de février, puis la courbe des cas et des hospitalisations commencerait à baisser rapidement.

Sans le variant Omicron, la hausse des hospitalisations aurait été deux fois moindre, selon les projections de l’INSPQ. On en rapporterait ainsi une centaine par jour pendant le temps des Fêtes, qui est généralement associé à une hausse des contacts.

« L’impact de cette augmentation de la transmission communautaire d’Omicron sur les hospitalisations dépendra principalement de l’ampleur de son échappement vaccinal et de sa sévérité chez les personnes doublement vaccinées ou immunes aux souches précédentes », indique d’ailleurs l’INSPQ. Or, des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont indiqué dans une étude publiée jeudi n’avoir trouvé « aucune preuve » comme quoi le variant Omicron pourrait être moins virulent que le variant Delta.

Les chercheurs font toutefois état de « preuves solides » selon lesquelles le risque d’être contaminé par le variant Omicron pour les personnes vaccinées et celles qui ont déjà attrapé la COVID-19 serait environ cinq fois plus grand par rapport au variant Delta.

C’est donc dans ce contexte que M. Legault a annoncé jeudi soir l’annonce de nouvelles restrictions sanitaires, tout en annonçant aux citoyens « que le Québec allait être frappé durement » par cette nouvelle vague de cas de COVID-19.

« J’aime mieux vous donner de l’espoir que de vous décevoir. Mais mon devoir c’est de vous dire la vérité et de prendre des décisions, même si elles sont dures ou impopulaires », a indiqué M. Legault. Le bilan de la COVID-19 s’est d’ailleurs de nouveau alourdi samedi avec l’ajout de 35 nouvelles hospitalisations et de 3631 nouveaux cas de COVID-19 rapportés au cours des 24 dernières heures.

À voir en vidéo