Nouvelles mesures sanitaires en Ontario avant les fêtes

Quelques heures après l’annonce de son homologue québécois François Legault, le premier ministre ontarien a déclaré que les rassemblements intérieurs permis passeront de 25 à 10 personnes.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Quelques heures après l’annonce de son homologue québécois François Legault, le premier ministre ontarien a déclaré que les rassemblements intérieurs permis passeront de 25 à 10 personnes.

L’Ontario ne peut rester inactif devant la vague du variant Omicron qui s’apprête à emporter la province, a déclaré le premier ministre Doug Ford vendredi. « Mes amis, on n’a jamais vu quelque chose de pareil », a suggéré Doug Ford. Rien n’arrêtera la propagation du variant, dit-il — elle ne peut qu’être ralentie.

Quelques heures après l’annonce de son homologue québécois François Legault, le premier ministre ontarien a déclaré que les rassemblements intérieurs permis passeront de 25 à 10 personnes. « Tout le monde a la responsabilité d’être prudent », dit Doug Ford. Selon le Dr Kieran Moore, le médecin hygiéniste en chef de la province, les personnes doublement vaccinées devraient éviter de visiter des grands-parents à l’intérieur, même si ceux-ci ont reçu trois doses.

Les files d’attente feront leur retour devant les épiceries et pharmacies, qui ne pourront désormais qu’accueillir à 50 % de leur capacité. Les restaurateurs torontois auront à imposer la même restriction dès dimanche, tout comme les propriétaires de bars. Les deux types d’établissements devront afficher « fermé » à 23 h, au plus tard. La vente d’alcool devra cesser une heure plus tôt. Il ne sera plus possible, non plus, de danser aux deux endroits.

Des limites de capacité ont déjà été imposées aux amphithéâtres et salles de spectacle mercredi. Mais le premier ministre a annoncé vendredi qu’il interdisait aussi la vente de nourriture et de boissons.

Il y a moins de 24 heures, le Dr Adalsteinn Brown, coprésident du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 — une équipe d’experts qui conseille le gouvernement dans sa réponse à la crise sanitaire — prévenait que les contacts sociaux devraient être réduits de moitié si la province voulait « atténuer » la vague du variant Omicron, la souche la plus contagieuse du coronavirus.

« Notre but est de réduire la propagation du virus et de bâtir notre immunité grâce aux première, deuxième et troisième doses », a répondu le Dr Kieran Moore lorsque questionné sur l’efficacité des nouvelles mesures à atteindre la cible du groupe consultatif. « Je veux avertir les Ontariens : le variant se propage très rapidement, tout le monde a la responsabilité de limiter ses contacts », a rappelé le médecin hygiéniste en chef.

Le premier ministre ne ferme pas la porte à de nouvelles mesures sanitaires, dépendant de l’évolution de la situation. Santé publique Ontario a rapporté 3 124 nouveaux cas vendredi matin, soit une augmentation de 115 % par rapport au vendredi précédent. Bien que la santé publique provinciale ne comptabilise que 190 infections au variant Omicron en date du 16 décembre, le Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 estime qu’il est déjà le variant dominant dans la province.

« Jusqu’à maintenant, nous avons deux patients infectés au variant Omicron dans les hôpitaux, sur plus de 1 000 personnes infectées », a indiqué le Dr Kieran Moore. L’équipe de scientifiques du Dr Adalsteinn Brown n’a toutefois pas conclu si le variant était plus ou moins grave que les autres variants. Des données préliminaires provenant du Danemark montrent que le taux d’hospitalisation du variant Omicron est jusqu’à maintenant similaire à celui des autres variants.

Depuis ce matin, les Ontariens peuvent obtenir des tests rapides dans certains centres commerciaux et des succursales de la Régie des alcools (LCBO). Mais l’équivalent ontarien de la SAQ était déjà en rupture de stock à certains endroits à 11h. Le premier ministre Doug Ford affirme que 10 millions de tests arriveront dans la province le 27 décembre.

Ce reportage bénéficie du soutien de l'Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo