Quoi retenir de la fin de semaine ?

  • Québec contraint de fermer ses sites

    Québec contraint de fermer ses sites

    Touché par une faille de sécurité informatique, le gouvernement du Québec a fermé de manière préventive presque l’entièreté de ses 3992 sites Internet, a annoncé dimanche le ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels, Éric Caire. Cette mesure, qui pourrait durer plusieurs jours, touche tout autant les ministères que les réseaux de l’éducation et de la santé.

    « Vendredi 10 [décembre], nous avons reçu comme tout le monde sur la planète l’état de situation » concernant une faille de sécurité informatique qui « concerne de nombreux systèmes », a expliqué le ministre en conférence de presse.

    Il faut savoir que cette faille « permet à un attaquant de s’introduire dans un serveur » pour ensuite y introduire un code malveillant et ainsi « prendre le contrôle du serveur » et de toutes les données qu’il contient. « À ce jour, nous n’avons aucune indication voulant que nous aurions subi une attaque réussie », a cependant affirmé le ministre.

  • Les syndiqués de la CSN et la CSQ  acceptent l’entente de principe

    Les syndiqués de la CSN et la CSQ  acceptent l’entente de principe

    Les 11 000 travailleurs de CPE affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN) et les 13 000 liés à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec de la CSQ ont accepté l’entente de principe survenue mercredi dernier entre le gouvernement et leurs représentants.

    Les membres de la FSSS-CSN ont adopté l’offre gouvernementale à 93 %, mettant ainsi un terme à la grève générale illimitée que les membres de la CSN exerçaient depuis le 1er décembre. Les éducatrices qualifiées et les éducatrices spécialisées voient leur salaire augmenter de 18 %. Les augmentations ont été de 8 % à 12,5 % pour les autres travailleurs, alors que le gouvernement n’offrait au départ que 6 %.

    La Fédération de la santé et des services sociaux avait initialement annoncé le retour au travail lundi, malgré le fait que les membres ne s’étaient pas encore prononcés sur l’entente, avant de modifier le message pour indiquer que le retour dépendrait finalement du résultat du vote, ce qui est maintenant chose faite.

  • Une marche contre la violence à Anjou

    Une marche contre la violence à Anjou

    Près d’une centaine de personnes ont défilé samedi dans les rues du quartier d’Anjou, où une fusillade a fait un mort et un blessé le 2 décembre dernier. Elles réclament la mise en place de ressources communautaires et de programmes en prévention du crime afin de mettre un terme à la violence dans ce secteur du nord-est de Montréal.

    « Je suis très inquiète pour les élèves de l’école, qui vivent tous les jours avec de plus en plus de violence, qui en sont témoins », a dit au Devoir Chantal Poulin, une des organisatrices de cette marche, qui est également enseignante à l’école primaire Des Roseraies. Cet établissement se situe d’ailleurs tout près de la place Cointerel, où Hani Ouahdi, âgé de 20 ans, a perdu la vie après avoir été atteint par balle.

    Organisé par un groupe de citoyens, l’événement visait tant à honorer la mémoire de M. Ouahdi qu’à réclamer des actions concrètes en prévention du crime, comme la mise en place d’un budget annuel consacré à la lutte contre la pauvreté et la construction d’une maison des jeunes dans le secteur.

  • Des tornades « historiques » aux États-Unis

    Des tornades « historiques » aux États-Unis

    Le centre et le sud des États-Unis ont été la proie d’une série de tornades destructrices cette fin de semaine. Pour l’heure, on dénombre au moins 93 morts, des blessés, des maisons aplaties à perte de vue et des enchevêtrements de gravats. Des fouilles désespérées se poursuivaient dimanche pour retrouver d’éventuels survivants sur le site d’une usine de bougies au cœur des États-Unis.

    Devenue le symbole de la dévastation, l’usine de bougies Mayfield Consumer Products n’est plus qu’un enchevêtrement de poutrelles et de tôles tordues, empilées sur plusieurs mètres de hauteur. Quelque 110 employés travaillaient vendredi soir pour répondre à la demande de la période des Fêtes, quand la tornade a tout détruit.

    Ce phénomène météorologique exceptionnel a traversé cinq États, y laissant une traînée de destructions sur des centaines de kilomètres, mais c’est à Mayfield, dans le Kentucky, que celles-ci ont été les pires. Au moins 80 personnes ont perdu la vie dans ce seul État.

À voir en vidéo