Un seizième vélo fantôme à Montréal

Laurence Lavigne Lalonde, mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, en compagnie de Sophie Mauzerolle, Conseillere de la Ville et responsable des transports pour la ville de Montreal, et de leurs enfants respectifs. 
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Laurence Lavigne Lalonde, mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, en compagnie de Sophie Mauzerolle, Conseillere de la Ville et responsable des transports pour la ville de Montreal, et de leurs enfants respectifs. 

Un seizième vélo blanc, en hommage à un cycliste mort par collision, a été installé ce dimanche à Montréal. Les groupes de défense des cyclistes craignent déjà un nouveau drame si rien ne change.

Normand Chantelois allait « faire ses commissions, tout simplement » sur son vélo lorsqu’un poids lourd l’a happé le 9 novembre dernier, a raconté Séverine Le Page, porte-parole de Vélo Fantôme. L’ancien cycliste de compétition a été ensuite traité sur plusieurs mètres avant que le camion ne s’immobilise.

Au moment d’ériger un mémorial en son honneur, les cyclistes et parents présents ont observé une minute de silence. Les proches de la victime sont demeurés silencieux lors de cette sobre cérémonie.

Les associations de cyclistes ont, elles, élevé leur voix, car ils craignent déjà le prochain accident si rien n’est fait par la Ville ou Ottawa.

Ces mémoriaux sont apparus depuis 2013 à Montréal et depuis, la moitié d’entre eux ont été érigés à la suite d’une collision impliquant un poids lourd. Ces camions ne représentent pourtant que 4 % des véhicules à circuler dans la métropole, selon Mme Le Page.

Pour freiner cette série meurtrière, des règles « radicales » doivent être mises en place, selon elle.

L’installation de jupettes de protection latérales et la réduction des angles morts pour les conducteurs figurent parmi les priorités de l’équipe de Mme Le Page. « Les conducteurs de poids lourds ne devraient pas avoir à travailler avec des véhicules qui les rendent presque aveugles », a-t-elle plaidé. « Il faut aussi arrêter d’avoir des intersections arrondies. Il faut arrêter de faciliter les tournants rapides. C’est très serré. C’est juste pour faciliter la fluidité automobile. »

Face à ce mémorial, coin de Saint-Laurent et de Liège, trône une pancarte interdisant aux poids lourds de circuler dans la rue, sauf pour livraison locale. Un signe, selon Séverine Le Page, que la sécurité des cyclistes n’est pas assurée, même avec les mesures déjà en place.

Il s’agit du quatrième vélo fantôme installé cette année à Montréal. « C’est une des plus grosses années des dernières années », note la porte-parole de Vélo Fantôme.

La mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension nouvellement élue, Laurence Lavigne Lalonde, reconnaît qu’il y a d’importants retards d’investissement dans son quartier en matière de sécurité pour les piétons et les cyclistes. « Comme mairesse d’arrondissement, je sais qu’il n’y aura jamais assez de pistes cyclables. En 4 ans, on ne va pas révolutionner la ville en entier, on ne pourra pas en mettre partout. Alors, comment on s’assure que toutes les rues sont sécuritaires ? […] Il va falloir qu’on y répondre et j’ai déjà commencé à travailler là-dessus. »

À voir en vidéo