Condamné pour deux meurtres, Ugo Fredette échoue à faire annuler le verdict en appel

Dans sa décision rendue vendredi, la Cour d’appel est d’avis qu’«aucune erreur n’a été démontrée dans les circonstances».
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Dans sa décision rendue vendredi, la Cour d’appel est d’avis qu’«aucune erreur n’a été démontrée dans les circonstances».

Reconnu coupable de deux meurtres violents dont celui de son ex-conjointe, Ugo Fredette a échoué dans sa tentative de faire annuler en appel les deux verdicts. Il n’aura pas de nouveau procès, a tranché la Cour d’appel.

Les verdicts de culpabilité avaient été prononcés par un jury en novembre 2019, qui n’avait délibéré que deux jours.

En plus du meurtre de Véronique Barbe tuée de 17 coups de couteau dans un contexte de violence conjugale et de séparation — il avait été trouvé coupable de celui d’Yvon Lacasse, un automobiliste de 71 ans croisé par hasard dans une halte routière de Lachute, alors qu’il était en fuite après avoir tué son ex-conjointe. Fredette l’avait sauvagement battu à mort pour voler son véhicule, ce qui pouvait réduire ses chances de se faire repérer.

Les deux assassinats avaient été commis le 14 septembre 2017.

Après avoir laissé le corps inerte de son ex-conjointe dans son sang, l’homme avait pris la fuite avec un enfant de 6 ans qui se trouvait dans la maison qu’il avait partagée dans le passé avec elle à Saint-Eustache. Cela avait mené à une longue alerte Amber, qui avait pris fin le lendemain en Ontario lorsque l’homme avait été encerclé par des policiers. L’enfant a été sauvé.

Dans son avis d’appel, Ugo Fredette avait allégué que la juge du procès avait erré dans ses directives aux 12 jurés en leur disant « qu’ils devaient être unanimes sur le verdict, mais qu’iI n’était pas nécessaire qu’ils soient unanimes sur Ia façon d’arriver à un verdict de culpabilité ».

Dans sa décision rendue vendredi, la Cour d’appel est d’avis « qu’aucune erreur n’a été démontrée dans les circonstances ». Sous la plume du juge Patrick Healy, qui a évacué la question en seulement 8 pages, la Cour rejette l’appel en soulignant que la juge a interprété les enseignements de la jurisprudence correctement.

Fredette a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

À voir en vidéo