Démissions de militants caquistes à Gatineau

La directrice générale de la CAQ, Brigitte Legault, assure qu’il n’en est rien. « Il n’y a pas de démissions en bloc », a-t-elle assuré au «Devoir».
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir La directrice générale de la CAQ, Brigitte Legault, assure qu’il n’en est rien. « Il n’y a pas de démissions en bloc », a-t-elle assuré au «Devoir».

Depuis, il dit travailler pour «tout balayer l'Outaouais libéral».

Un militant de la Coalition avenir Québec à Gatineau a tourné le dos au parti et promet désormais de tout mettre en œuvre pour permettre au Parti libéral du Québec de « tout balayer » en Outaouais au scrutin d’octobre 2022.

Roland Bussière, ex-directeur du comité d’action local (CAL) de la circonscription de Gatineau, a multiplié les entrevues mercredi pour s’expliquer sur les raisons de son départ de la CAQ. « Quand j’en ai assez qu’on nous ignore, j’en ai assez », a-t-il lancé au Devoir. « Je veux que M. Legault ait un message bien, bien clair : ça suffit de nous prendre pour des poires ! »

Lui-même a renoncé à ses fonctions en août. Depuis, il dit travailler pour «tout balayer l'Outaouais libéral». En entrevue, il a déclaré que les sept autres membres du CAL avaient démissionné à partir du mois de mai. « Si on est huit qui démissionnent en même temps et je vous donne toutes les raisons, il ne devrait pas y avoir du hasard là-dedans », a-t-il déclaré.

La directrice générale de la CAQ, Brigitte Legault, assure qu’il n’en est rien. « Il n’y a pas de démissions en bloc », a-t-elle assuré au Devoir. Elle a affirmé que les huit membres CAL de Gatineau avaient quitté leurs fonctions pour une série de raisons, notamment de santé. « On n’en fait pas de cas chez nous », a-t-elle insisté.

Dans un communiqué, le député de Gatineau, Robert Bussière, a aussi souligné que le CAL de Gatineau « va bien ». « C’est toujours décevant de voir un militant partir, cela dit, je respecte le choix de tous et je ne commenterai pas davantage. Je tiens malgré tout à remercier M. Bussière pour son implication », a-t-il poursuivi.

En entrevue, Roland Bussière a dit n’avoir aucun lien de parenté avec le député. La CAQ soutient plutôt que les deux hommes sont des cousins.

Une longue liste de doléances

Au Devoir, le gestionnaire financier retraité a fait une longue liste de doléances envers la CAQ, au sein de laquelle il a commencé à militer en 2018. Il regrette notamment qu’un projet d’agrandissement d’une école à La Pêche ne se soit pas concrétisé. Il reproche aussi au gouvernement de négliger des résidents en CHSLD et de se désintéresser de l’hôpital de Wakefield. « Moi j’ai 76 ans, est-ce que ça va être comme en Abitibi et je vais crever en chemin ? », a-t-il demandé, en référence au décès récent d’un homme qui vivait tout près des urgences de Senneterre, fermées 16 heures par jour.

« Ça finit qu’on n’aura rien, rien, rien », a-t-il dit au sujet de sa région. Pour manifester sa frustration, M. Bussière a décidé de se joindre au PLQ. « J’invite tous les gens [des circonscriptions] de Pontiac, de Hull, de Chapleau, de Papineau de donner un message clair à M. Legault qu’on n’acceptera pas ça », a-t-il lancé.

Les CAL ont notamment pour mandat de « dynamiser la vie démocratique locale », de « susciter l’adhésion de nouveaux membres au sein de la CAQ », de « contribuer à l’atteinte des objectifs de financement » et de « favoriser l’élection de la candidate ou du candidat local de la CAQ ».

À voir en vidéo