Quoi retenir de la fin de semaine ?

  • Front commun politico-syndical à la défense des CPE

    Front commun politico-syndical à la défense des CPE

    Des syndicats, des associations de parents et les partis d’opposition à Québec font front commun derrière les employés des centres de la petite enfance (CPE) dans leur grève générale illimitée. Ils ont uni leurs voix dimanche pour appeler le premier ministre François Legault « à s’impliquer directement » à la table de négociations.

    Le gouvernement et les syndicats en sont « à quelques millions de dollars » de trouver un terrain d’entente pour résoudre ce conflit de travail, soutient Valérie Grenon, présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec. Rappelons que les négociations achoppent surtout sur le salaire des « autres » travailleuses dans les CPE, à la cuisine, à l’administration ou à l’entretien.

    Une rencontre de négociation est prévue le mercredi 8 décembre entre Québec et la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec. La vice-présidente de ce syndicat, Sylvie Nelson, a bon espoir que le gouvernement « fera un pas en avant » avant cette date.

  • Le Parti québécois en congrès

    Le Parti québécois en congrès

    En congrès d’orientation samedi, le Parti québécois (PQ) a insisté sur le fait qu’il demeure un parti pertinent sur l’échiquier politique québécois. « Ce n’est pas un parti mourant », a répété le nouveau président de l’exécutif national, Jocelyn Caron. Plus de 400 militants ont ouvert le rassemblement préélectoral du parti de René Lévesque, à Trois-Rivières.

    « C’est le congrès de l’énergie », pas celui de la fin, a lancé le chef de la formation politique, Paul St-Pierre Plamondon (PSPP), en mêlée de presse quelques minutes avant de franchir les portes de la salle de conférences où s’étaient rassemblés les militants péquistes. Leur première rencontre en personne du mandat « PSPP ».

    Dans son discours en soirée, M. St-Pierre Plamondon a dit vouloir orienter le PQ vers un nouvel « avenir » recentré sur l’indépendance. Il n’a toutefois pas voulu parler des élections de 2022. Quelques heures auparavant, les membres présents avaient adopté les grandes lignes du programme du parti, qui serviront à orienter sa plateforme du scrutin de l’automne prochain. Sur le fond, ils auront voté sur plus d’une centaine de propositions.

  • Une marche contre la brutalité policière à Québec

    Une marche contre la brutalité policière à Québec

    Une centaine de personnes ont pris part samedi à une marche dans le Vieux-Québec contre la brutalité policière et le profilage racial, une semaine après l’arrestation musclée d’un jeune homme noir de 18 ans près d’un bar de la Grande Allée, menée dans la nuit du 26 au 27 novembre. L’adolescent en est ressorti avec le visage tuméfié, une commotion cérébrale et d’importantes blessures au niveau des yeux.

    Les manifestants se sont d’abord rassemblés devant l’Assemblée nationale pour assister à quelques discours avant d’entamer une marche en direction de l’hôtel de ville de Québec sous présence policière. Le collectif à l’origine de la mobilisation demande le déclenchement d’une enquête « indépendante et rapide » sur les circonstances entourant cette intervention policière.

    Le collectif réclame d’autre part que le SPVQ emboîte le pas au Service de police de la Ville de Montréal en mandatant des experts pour documenter les interpellations policières menées sur son territoire en tenant compte de l’origine ethnique et religieuse.

  • Éruption d’un volcan en Indonésie

    Éruption d’un volcan en Indonésie

    Les sauveteurs ont multiplié les efforts dimanche pour retrouver des survivants de l’éruption spectaculaire du volcan Semeru, en Indonésie, qui a fait au moins 14 morts et des dizaines de blessés, selon un dernier bilan.

    Situé dans l’est de l’île de Java, le volcan a projeté un vaste panache de cendres samedi, déclenchant la panique chez les habitants des villages environnants. Au moins 11 villages du district de Lumajang ont été recouverts d’une épaisse couche de cendres, qui a enseveli presque complètement certaines habitations et certains véhicules, et tué du bétail. Plus de 1300 personnes ont été évacuées et ont dû trouver des abris temporaires dans des écoles, des salles municipales ou des mosquées.

    Mais les évacuations ont dû être temporairement suspendues dimanche en raison de nuages de cendres brûlantes, selon la chaîne Metro TV, soulignant les difficultés auxquelles font face les sauveteurs.

À voir en vidéo