Un Lavallois qui a menacé des vaccinateurs sur les réseaux sociaux est arrêté

Un adepte de théories du complot a proféré des menaces sur les réseaux sociaux à l’endroit des employés responsables d’administrer les vaccins contre la COVID-19.
Photo: Christopher Katsarov La Presse canadienne Un adepte de théories du complot a proféré des menaces sur les réseaux sociaux à l’endroit des employés responsables d’administrer les vaccins contre la COVID-19.

Un adepte de théories du complot qui a proféré des menaces sur les réseaux sociaux à l’endroit des employés responsables d’administrer les vaccins contre la COVID-19 a été arrêté par le Service de police de Laval (SPL) jeudi.

Cette arrestation, confirmée vendredi par voie de communiqué, survient à la suite d’un reportage diffusé par Radio-Canada le 30 novembre. Le média avait analysé au peigne fin des groupes de discussion publics et privés de la célèbre complotiste canadienne Romana Didulo, qui compte plus de 72 000 adeptes sur la plateforme Telegram. Après avoir ouvertement appelé ses adeptes à « tirer pour tuer » les travailleurs de la santé qui administrent des vaccins contre la COVID-19 aux personnes de moins de 19 ans, Mme Didulo, qui est associée à la mouvance QAnon, a fait l’objet d’une perquisition de la part de l’équipe antiterroriste de la Gendarmerie royale du Canada, le mois dernier.

Les publications de Mme Didulo ont toutefois suscité l’intérêt de centaines d’internautes, qui ont publié des photos d’armes à feu et des messages violents. Du nombre, un Lavallois de 42 ans aurait partagé un communiqué annonçant le début de la campagne de vaccination dans l’école de sa fille en ajoutant : « C’est le temps d’aller à la chasse bang bang. »

Après avoir pris connaissance des menaces proférées par ce Québécois, la Sûreté du Québec a transféré ce dossier au SPL, rapportait Radio-Canada le 30 novembre. Une enquête a alors été ouverte par le corps de police de Laval.

« Le SPL a pris cette menace au sérieux et a immédiatement ouvert un dossier. Les enquêteurs ont rapidement identifié un suspect et ils ont procédé à son arrestation le 2 décembre », a ainsi confirmé le SPL vendredi après-midi. L’homme, qui n’a pas été identifié, a été rencontré par les enquêteurs avant d’être ensuite relâché sous conditions. « Il comparaîtra à la cour ultérieurement », ajoute le communiqué.

À voir en vidéo