Plus de 50 armes à feu illégales saisies à la frontière

Le 1er novembre, des agents de l’ASFC ont intercepté une dame de 48 ans alors que celle-ci circulait dans un village du sud de l’Ontario avec 56 armes à feu illégales.
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne Le 1er novembre, des agents de l’ASFC ont intercepté une dame de 48 ans alors que celle-ci circulait dans un village du sud de l’Ontario avec 56 armes à feu illégales.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a saisi au début du mois 56 armes à feu illégales qu’une dame dans la quarantaine originaire de la Floride transportait illégalement à proximité de la frontière entre le Canada et les États-Unis

Le 1er novembre, des agents de l’ASFC ont intercepté Vivian Richards, une dame de 48 ans originaire d’Oakland Park, une ville de la Floride, alors que celle-ci circulait dans un village du sud de l’Ontario. Ils ont alors constaté que la dame transportait 56 armes à feu illégales, de même que des dizaines de chargeurs, 10 cartouches et une centaine de munitions. Ces articles, qui se trouvaient dans le coffre de la voiture, ont tous été saisis.

Mme Richards a pour sa part été accusée en lien avec diverses infractions, incluant la possession et l’acquisition de marchandises importées de même que pour tentative de contrebande. Certaines des accusations laissent croire que certaines de ces armes à feu ne disposaient d’aucun numéro de série et étaient destinées au « trafic d’armes ». Mme Richards comparaîtra à nouveau le 24 novembre, tandis que l’enquête de l’ASFC se poursuit.

« La contrebande d’armes à feu constitue une menace pour la sécurité publique et cette saisie est un exemple de notre ferme engagement à prévenir les activités criminelles dangereuses et à assurer la sécurité des Canadiens », a réagi dans un communiqué émis samedi le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco E. L. Mendicino.

Dans les derniers jours, autant la Ville de Montréal que le gouvernement Legault ont pressé le gouvernement fédéral d’en faire plus pour lutter contre la violence par armes à feu, à la suite du décès d’un adolescent de 16 ans dans Saint-Michel, dimanche dernier.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, a notamment souligné l’importance d’assurer un meilleur blocage des armes à feu illégales qui transigent à la frontière avec les États-Unis. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a pour sa part réitéré sa demande en faveur d’une interdiction de la possession d’armes de poing à l’échelle du pays.

À voir en vidéo